Les Incontournables Hala’hiques

Avertissement : nous informons notre lectorat, que Tsniout Mag explique modestement la Tsniout en s’appuyant sur les écrits de ‘hazal (nos sages de mémoire bénie). Mais la rédaction respecte les courants rabbiniques de quelques sortes que ce soit, les opinions différentes et les choix religieux de chacun !

Jupe Longue Dolce & Gabbana

Jupe Longue Dolce & Gabbana

Tsniout Mag’ vous souhaite Chavoua tov oumevorah et bienvenue aux nouveaux lecteurs ! La rédac’ fait aujourd’hui un come back sur les vêtements à porter l’été, l’hiver et le reste de l’année, mais les porter avec le cœur et l’âme…Tsniout !

Nous reviendrons d’ailleurs dans un prochain article bli neder sur les tenues d’été plus spécifiquement et notamment les comportements et vêtements recommandés pour la plage et la piscine.

Avant de mettre en relief une saison en particulier, nous tenons avant tout à mettre en avant le vêtement Tsniout dans sa globalité, afin de savoir quels habits porter et en toute quiétude, avec l’assurance de se sentir Tsniout pour soi-même et envers Hashem. Rapellons que BH c’est par le mérite des femmes et la yirate chamayim (crainte du Ciel) qu’elles témoignent à travers la Tsniout que dépend l’aide d’Hashem. Aussi  je m’adresse à toutes les femmes mais très particulièrement à toutes celles qui désirent franchir le pas et devenir Tsniout. Je pense notamment aux jeunes femmes célibataires (et aux autres) qui désirent faire techouva, et à toutes celles qui sont encore craintives : sachez qu’aborder la Tsniout (même si chacun suivra un rav en particulier)  ne doit pas être vécu comme une contrainte. Je le sais bien, ça n’est peut-être pas toujours évident : mais cela n’altère en rien votre beauté intérieure et extérieure ! Bien au contraire. Merci donc de regarder cette liste de vêtements comme des décisions de ‘Hahamims et non comme Hasvechalom une espèce de code pénal qui vous barricade dans les geôles de la pudeur. Le but du magazine Tsniout Mag’ c’est de vous présenter la Tsniout (humblement) toujours dans le respect de la hala’ha de nos Sages accompagné d’un vent d’air frais pur, loin des clichés connus dans les blogs .

Les parties obligatoirement recouvertes : Nos sources s’appuient en partie sur le Choulh’ane Arouh  (de Rabbi Yossef Caro) et sur les commentaires cités dans le « Mishna Broura » du ‘Hafets ‘Haim. De plus un avis personnel à été demandé à un Rav, afin ‘hasvechalom de ne pas donner d’informations erronées.

Qu’une femme soit célibataire ou mariée voici la loi qui s’applique : elle devra couvrir, le buste, et les parties supérieures des bras et des jambes. Chacune devra respecter la loi Juive et agir également conformément  à l’endroit où elle habite. Cependant même si la personne habite dans une ville où la majorité des gens sortent par exemple avec des manches courtes ou des shorts, elle ne sera pas autorisée à en faire de même. Car je le répète, les bras, les parties supérieures des jambes (toute la cuisse jusqu’au bas du genoux devra être recouverte), le ventre, les parties intimes, le buste complet, devront être recouverts, et ce, peu importe l’endroit où vous habitez, il s’agit la d’un klal (une généralité) qui s’applique à tous.

Exemple : Vous habitez à Miami. Vous êtes religieuse ou pratiquante et vous décidez BH d’être Tsniout et de vous habiller avec pudeur. Vous ne pouvez absolument pas vous dire ,  »beaucoup de femmes sortent en mini jupe près de chez moi, comme c’est un vêtement adopté dans le quartier, je vais en faire de même, et je ne serais pas dans l’erreur ». Surtout pas !!! Vous devez appliquer du mieux possible les hilh’otes de la Tsniout et couvrir votre corps comme il se doit, sans vous autoriser pour autant des écarts. En revanche vu qu’il fait très chaud à Miami, après avoir demandé conseil à un Rav, ce dernier (et seulement ce dernier) sera à même, éventuellement de vous autoriser à ne pas porter de collants et/ou à adopter plutôt des mis-bas, afin que l’été la chaleur soit supportable.

Quoi qu’il en soit personne ne prend sur lui de modifier son apparence vestimentaire sans avoir au préalable consulté son Rav. Il saura comment agir en fonction de l’endroit du monde où vous habitez et vous conseiller avec sagesse conformément à la hala’ha. Seul une instance rabbinique est à même de prendre des décisions et de vous guider dans votre Tsniout vestimentaire. Donc au moindre doute : il faut le joindre.

Les jupes autorisées devront recouvrir le genoux complètement. Il est important que la femme, et ce dans tous ses déplacements et gestes du quotidien n’ait pas à souffrir de ces fameuses « jupes qui remontent ». Ainsi il est préférable de munir sa garde robe de jupes amples (parapluies) ou  jupes crayons qui descendent d’au moins 10 cm après le genoux (15 cm est préférable). Que vous soyez assises, en train de marcher ou de conduire, peu importe l’endroit ou l’entourage vous pouvez au moins être tranquilles ! De grands poskims et tsadikims de notre génération défendent cette loi du 10 cm en dessous du genoux , et parmi eux, je me permet de citer trois guedolims soutenus par de nombreux posské hala’ha : Le Rav  Hagaon Wosner chlita, le Rav Hagaon Eliachiv chlita, et du Rav Hagaon Chlomo Zalman Auerbach zatsal. Cette loi était auparavant en vigeur, mais elle a été doublement appuyée par ces derniers (Rav Wosner, Rav Eliachiv et Rav Auerbach  Zatsal). Les jupes qui moulent trop le corps sont interdites. La jupe devra couvrir le genoux obligatoirement lorsque vous êtes en position assise.

(Attention ce passage ne s’adresse qu’à ceux qui prennent sur eux de suivre cette ‘hachkafa)

Il existe en effet une ‘hachkafa différente (chacun est libre de l’appliquer ou pas en fonction de l’enseignement religieux qu’il a reçu ou du Rav qu’il suit) qui est de ne pas porter de jupes « trop longues » mais plutôt des jupes qui arrivent à mi-mollet ou à la cheville. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’une jupe trop longue serait amenée à traîner par terre et attirerait l’attention, ce qui n’est pas Tsniout. De plus elle est considérée comme une manière de suivre et de répondre de trop près aux dogmes de la Mode moderne (et donc aux codes des non-Juifs), ce qui est condamné par grand nombre de rabbanims. (Extrait dans Oz Ve Adar Levoucha du Rav Falk). Enfin elle donnerait à la femme une allure dites « négligée ». Certains établissements scolaires orthodoxes interdisent la jupe très longue, mais encore une fois il ne s’agit pas d’une généralité.

D’une manière générale rappelons que la mode dans son sens le plus Gashmi (matériel) est vivement rejetée par les Grands Sages des générations actuelles (et passées). Il convient de comprendre que la mode est perçue par grands nombre de nos sages comme étant « ‘houkot a goyim » a savoir « imitation du non-juif , de ses moeurs, coutumes et traditions ». A D. ne plaise Tsniout Mag’ propose des visuels photos, mais attention il faut savoir les remettre dans le contexte : il ne s’agit pas là de s’éloigner des valeurs hala’hiques Juives que nous chérissons tant. Il s’agit seulement de prouver à une femme qu’il n’existe aucun interdit pour être belle et à la fois Tsniout pour son mari !

Mais enfin chères lectrices , si je puis me permettre une phrase que j’ai lu un jour  » ce qu’il y a pour nous de plus précieux nous le gardons couvert ». A méditer sans fin !

Bonne soirée à toutes ! Audélia B.


( Toutes reproduction ou copiage du texte pour un blog ou autre magazine sera sujet à des poursuites judiciaires)


3 thoughts on “Les Incontournables Hala’hiques”

  1. Pingback: L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR (Qu’est-ce que la tsniout juive ?) | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation
  2. Trackback: L’ESPERANCE EN UN MONDE MEILLEUR (Qu’est-ce que la tsniout juive ?) | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation
  3. sandrine says:

    merci pour ce topo tres instructif.

    1. Audelia B. says:

      Merci à toi Sandrinette, la rédac’ aime tes posts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *