Tsniout et Mauvais Caractère : que faire ?

Vous ne vous êtes jamais demandés où toutes ces femmes, ces rabbanims, ces tsadikims, ces adolescents parfois même, puisaient leur patience ? Où est-ce que ces hommes et ces femmes engagés dans leur vie comme dans leur foi trouvent leur force pour maîtriser leurs pulsions et leurs colères ? Quel est l’objet de notre article aujourd’hui dans Tsniout Mag’ ? Nous allons tenter toujours modestement, de mettre un peu plus au clair, nos volontés enfouies au plus profond de notre âme de devenir Tsniout, confrontées aux démons du yetsser ara (mauvais penchant) et expliquer comment vaincre nos défauts.

La Tsniout qui évoque pudeur et retenue, n’est en soi pas une oeuvre inaccessible, si chacun y met du sien. Au contraire, la Tsniout est un bijou que chaque femme porte en elle (et certaines l’ignorent encore parfois est que la pudeur vit dans ses entrailles…). La pudeur, la Tsniout cette arme de guerre offerte par le Créateur à la femme et la jeune fille, ne nous aide pas seulement à nous montrer belle par l’apparat. Elle a pour rôle premier, un travail sur les midotes. Midotes (Mida au singulier) est un mot traduisible en Français par « mesure ». En effet, l’homme a pour mission sur cette Terre de faire un travail sur lui-même afin que chacun des traits de sa personne soit mesurés (ne jamais être dans l’excès), de donner un équilibre à sa vie, à son quotidien, en améliorant ses rapports aux autres devant le Tout Puissant. Penser qu’il s’agit là d’une mince affaire est se mentir à soi-meme. Travailler ses midotes, est une oeuvre de grande envergure, ardue mais pas impossible. La Tsniout est un socle sur lequel se fonde les midotes que nous avons pour mission de travailler. Seulement voilà, moi petit être humain du 21 eme siecle, comme tous ceux des siècles précédents, Hashem m’a fait avec mon envellope de chair : et je me suis vêtu. Hashem m’a fait avec mes qualités et mes défauts : et je me suis battue ! Moi la femme (et l’homme) Juive de ce monde ici bas, j’ai mes défauts, et lorsque mon envie de les enterrer se laisse déborder par mon yetsser ara je me met à réfléchir.

Comment lutter contre ces défauts qui nous gâchent notre envie de Tsniout (et donc, notre besoin de se rapprocher d’HaKadosh Barou’h Hou) ?

Je m’emporte vite, impulsive, je réagis au quart de tour et je me met facilement en colère. Que faire ?

Sachez d’abord que la colère est humaine mais qu’elle conduit à bien des malheurs. Avant de vous emportez, prenez donc une petite respiration et imaginez que votre interlocuteur est un grand Tsadik. Même s’il vous irrite, vous serez dans l’obligation de vous taire. Le silence vous portera vainqueur, là ou l’autre (qui continue d’argumenter) se retrouvera dans une position d’orgueil qui ne le mettra pas à son avantage. Qui se met en colère contre autrui s’emporte aussi contre son Créateur (Hasvechalom !). Lutter contre la colère, c’est un entraînement (votre salle de sport, c’est  le quotidien). Je le sais, le dire c’est une chose, le mettre en pratique en est une autre. Lorsque l’on a la tête couverte, on est aussi une sorte de miroir. Le reflet que l’on renvoi vers Hashem mais aussi envers ceux qui ne sont pas ou moins religieux, est une image de nous. Il faut donc (chacun à son niveau) tenter de travailler pour s’améliorer.

Les textes Saints ont traités chacun à leur tour de la colère, citons par exemple le traité Chabbat (Guémara) ou l’homme qui se met en colère est comparé à un idolâtre.

Je suis fière, je n’aime pas avoir la sensation de me rabaisser devant l’autre. Que faire ?

L’orgueil, qui fait partie des vanités du monde, nous éloigne d’Hashem. Il se définit par la fierté pure, aux antipodes de la religion, elle place l’homme au dessus des autres et donc que D. préserve sous entend que ce dernier est supérieur à Hashem. Il faut éviter tout comportement dédaigneux. Le sourire est une arme qui brise l’orgueil et l’arrogance. Le limoud et l’étude de la Torah aussi. Le créateur nous a conçu à son image, et son image ce n’est pas d’être hautain. Mieux vaut baisser les yeux que les lever à outrance.

Je recommande vivement à tous la « Iguéret ha Ramban » cette lettre de Rabbi  Moshé Ben Nahman, que l’on trouve souvent en fin de téhilim ou dans certains sidourim. Il s’agit d’un épitre sur la modestie, écrit par le Tsadik à son fils. Il lui recommande la pudeur et la modestie « cultive l’humilité qui est pour l’homme la meilleure des vertus« . A lire et à relire, je dirais même à apprendre par coeur, elle apprend la modestie par la crainte du Ciel. Cette lettre un véritable classique qui conduit l’homme à respecter l’autre. D’ailleurs certains ont la coutume de la lire tous les matins avant de commencer la prière.

Et puis lorsque l’on fait le point en fin de journée, un retour sur ce que la vie nous a offert de plaisant, et de moins agréable, souvenons nous que tout nous vient d’Hashem richesse ou pauvreté, beauté ou laideur, anonymat ou célébrité : voici que la vie en elle-même devient TSNIOUT. La vie ne devrait être que pudeur puisque tout n’est que l’oeuvre d’Hashem.

Savez-vous pour clôturer l’article, ce que l’on recommande à l’homme en colère : si tu ne peux calmer ton courroux utilise la prière, le koa’h ha tefila (la force de la prière), et si même la prière ne te suffit pas : rappelle toi du jour de la mort. Petite parenthèse pour nous souvenir en cette veille de Tisha Bé Av, et avec les pertes que le monde Juif pleure, que devant Hashem nous sommes petit. Apprenons donc à grandir dans la Tsniout et l’Amour de notre créateur Roi des Roi et maître de l’Univers !

One thought on “Tsniout et Mauvais Caractère : que faire ?”

  1. Sarah Myara says:

    moi je sais que j’ai encore du travail car je me mets souvent à crier je n’arrive pas à me controler je suis tres nerveuse par moment et je sais que ce n’ est pas bien c est vrai qu avec les annees je me suis beaucoup calmé avec l etude de la Torah mais il me reste encore du travail malheureusement les soucis la fatigue la maladie les medicaments l’environnement la parnassa les enfants B.H B.A n aident pas toujours a nous calmer mais je vais y arriver en priant ACHEM de m’aider amenn
    commentaires et debats toujours top ma Audelia:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *