Parlons Tsniout…

Avant de commercer l’article je tiens à dire que ce magazine est en libre circulation sur le net.

Je ne remets en cause en aucun cas les valeurs de la femme juive, qu’elle porte la jupe ou non.

Je ne désire porter atteinte à personne (hasvechalom), toutes les fans de mode sont les bienvenues et libres de donner leur avis sur les articles et chroniques de mode. J’espère seulement avec humilité convaincre les femmes Juives de ce monde des beautés de la tsniout, qu’il ne faut pas considérer comme un sacrifice, mais comme le respect de la loi tout simplement dans toute sa splendeur.

Il n’existe pas de définition explicite de la Tsniout. Au delà du vêtement la tsniout est une manière de se conduire envers soi même et envers les autres.La tsniout est vue par de nombreux rabbanims de notre génération comme une sorte de agana (protection, sécurité) contre le yetsser ara,

C’est un peu triste à entendre mais dans de nombreuses communautés Juives de France et de l’étranger, les femmes gardent leurs vieux démons et refusent d’associer la “femme tsniout” à la beauté et la pureté.

Je connais moi même de mon expérience, en Israël et en France en particulier, des jeunes femmes particulièrement vertueuses, très makpidotes (soigneuses et respectueuses) de la hala’ha (comme les lois de pureté familiale) shomérètes shabbat et shomérètes cacheroute qui hésitent voire refusent de porter la jupe car elles considèrent que c’est “ringard” et que cela atténue leur féminité.

Ce qui est étrange c’est que même chez les occidentaux, dans les années fifties / sixties la femme et la jupe était étrangement liées et représentaient un symbole d’élégance et de glamour.

Mais depuis, les sociétés ont créé la mode, et les tendances ont raccourci la longueur des jupes, et ont placé le pantalon au dessus de tout les codes vestimentaires.

Or, dans un monde Juif et casher, il est de notre devoir de ne pas se voiler la face ! ( ironie de l’expression)

La pudeur, est une protection. Loin des préjugés ethnocentriques que notre religion peut avoir (il faut juger chacun lékav zéhout, chacun doit être libre de se vêtir comme il le désire selon ces orientations religieuses) décider d’être religieuse, c’est adopter la tsniout, il s’agit là d’une condition sinéquanone.

Qu’on se le dise, la pudeur c’est rendre à une femme Juive la dignité de son nom,

c’est aussi se souvenir de ses matriarches, et prophétesses et de leurs mérites.

femmes avec foulards

femmes avec foulards

La tsniout, c’est le vêtement. La tsniout c’est surtout et avant tout, le comportement et les midotes qui vont avec, sans quoi le vêtement à lui seul prendrait des simples allures de déguisement.

Ce magazine répond aux femmes Juives de ce monde, et particulièrement à un lectorat francophone qui se reconnaîtra au hasard des articles. Bien au-delà du noir sobre et profond, ou de la jupe longue et classique, du kissouy et de la perruque. Au delà des préjugés qui pèsent sur celles qui font le choix exquis de couvrir leur corps et leur tête.

Femmes Juives de ce monde, vivez votre hala’ha, vivez votre religion, vivez votre tsniout au-delà de Jérusalem et d’Israël, au delà des codes et des opinions : mais vivez la ! Je vous emmène faire un tour du monde de la mode, et sachez qu’il existe une mode pour celles qui ont choisi la tsniout, cette mode n’est ni vieux jeu, ni classique, elle est simplement possible par une association d’idées, de matières et de vêtements!

Kol akavod à toutes ces femmes qui portent la tsniout comme on porterais un enfant : au corps à corps, à fleur de peau, et sur les traces de Hazal, qui ont laissés à la femme tant de préceptes qu’il faudrait d’abord apprendre, avant de les décrétés “dessués”…

Enfin dans un souci d’éthique, sachez que les marques mises en avant ne vendent pas uniquement des vêtements tsniout. J’ai simplement fait un choix et une sélection au jour le jour des tendances fashion pour créer un style inventif, proposer des associations de style auxquelles on n’aurait pas pensé, et faire le tour d’Israël afin de proposer une variété de boutiques, marques et créateurs.

En espérant satisfaire mon lectorat.

Be braha..et avec l’aide d’Hashem.

Audélia Berdugo

2 thoughts on “Parlons Tsniout…”

  1. emt jobs says:

    […] Parlons Tsniout… | Tsniout Mag' […]

  2. rachou says:

    bravo! travail magnigique et moi qui suis une fan de mode……..tsniout j’ADORE!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *