Rappels pour ne pas relâcher sa Tsniout l’été !

Je vous retrouve en ce début de soirée afin de faire un petit rappel sur nos émotions et points faibles en matière de Tsniout lorsque l’été pointe son nez !

On est bien d’accord sur un point pour celles qui entreprennent (ou ont pour projet) d’adopter le principe de la Tsniout dans son ensemble : choisir la pudeur ça ne veut pas dire se mettre au régime ! Pourquoi cette métaphore ? Parce que j’estime (et beaucoup d’entre nous le confirmeront) que malgré les difficultés que l’on rencontre sur notre chemin, la Tsniout est une entreprise splendide ! Utopiste ? Naïve ? Ni l’une, ni l’autre. Réaliste ? Là l’on s’approche plus du but. Alors voici mon avis qui se veut toujours humble : mesdames et mesdemoiselles pour celles qui n’ont pas encore franchies le pas. La Tsniout c’est vivable bh » (c’est une aventure religieuse pour vous et vos futures générations) mais attention il existe des conditions. Pour toutes celles qui vivent la Tsniout au quotidien depuis leur tendre enfance, ou pour celles qui sont devenues religieuses depuis plusieurs années déjà, ou encore pour toutes les femmes qui se posent encore la question. Toutes ensembles. Je vous invite (et vous m’accorderez l’expression) à une réunion « spécial coaching » pour que vivre sa Tsniout l’été ne soit pas ni un frein pour les unes, ni un fardeau pour les autres, ni une excuse pour se « détendre » un peu plus sous prétexte que c’est la saison estivale.

LES BAIGNADES

C’est l’été, il fait beau, il fait chaud (pardonnez moi chères lectrices qui traversent un été difficile en France) et la date fatidique des vacances est arrivée. Que vous restiez à Paris, en Province, dans votre lieu de résidence en Israel, en France et partout ailleurs, une question se pose : comment font les femmes Tsniout pour se baigner ?

Sachez mesdames qu’il existe aujourd’hui une multitude de solutions pour vous aider à vivre des vacances dans les règles de la religion. Inutile d’être triste et de vous dire que vous allez être privé de bain de mer ou de piscine, il n’en est rien !

En France et partout dans le monde : Songez si vous restez en France à vous évadez un week end sur la Côte ou à la mer (Deauville, Cannes, Marseille, Juan…), les étendues de mer sont vastes en France, n’hésitez pas à trouver un coin de plage isolé (il en existe), ou vous, votre époux et vos enfants pourrez profiter en toute Tsniout d’une baignade.

En Israël : il existe également des plages privées à Tel Aviv et Eilat, (mais aussi a Natanya et Ashdod cette information me vient à l’instant d’une lectrice). Mais il existe également de nombreuses plages sauvages alors vous avez l’embarras du choix.

Attention : il convient de rester très vigilants et de ne pas s’isoler dans de nombreuses plages qui sont impraticables et dangereuses. Veuillez avant tout contacter la mairie de la ville en question avant de vous aventurer seuls. Mieux vaut ne pas se baigner que de risquer sa vie.

Quelque soit l’endroit où vous allez, choisissez un maillot de bain Tsniout (vêtement fait de microfibres, qui est composé d’une longue robe de bain avec manches longues ou 3/4 et d’un bonnet). C’est une option envisageable qui se développe un peu partout dans le monde. Avant d’en choisir un, veillez cependant à demander conseil à votre rav (malgré la fiabilité du vêtement), car il s’agit d’un code vestimentaire nouveau (puisque le corps est mouillé). Sinon, pour toutes celles qui ne sont pas habituées au maillot de bain Tsniout et qui préfèrent utiliser un vêtement plus léger (exemple : les matières en coton), après vous être assurées que vous serez dans une piscine privée (ex : location de villa) ou sur une plage isolée, il existe aussi la possibilité d’utiliser un long tee shirt à manches longues. J’ai recueilli de nombreux témoignages, beaucoup d’entre vous s’y sentent à l’aise dans leurs mouvements.

Voici un avis qui est le mien (attention la rédaction respecte la façon de faire et la manière de vivre la Tsniout de chacun) cependant : que vous choisissiez le maillot Tsniout, ou le long tee-shirt avec un foulard en coton sur la tête, tâchons toutes d’être bien rigoureuses (telles des princesses d’Israël), montrez-vous exigeantes dans vos coeurs l’été comme le reste de l’année ! Aussi il est recommandé (si vous le pouvez) d’éviter de se tremper dans une piscine ou pataugeoire mixte, ou dans tout autre bassin où vous serez amenées à rencontrer des hommes.

Pourquoi ? Car malgré les matières sophistiquées utilisées pour vous couvrir la tête, il arrive que certains foulards (toutes matières confondues) se détachent, se défassent voire glissent par inadvertance. A D.eu ne plaise que la seule personne méritante de voir votre chevelure soit votre mari et non des étrangers ! De plus il est connu que de nombreuses matières collent à la peau lorsque vous pénétrez dans l’eau avec, ce qui moule alors souvent les formes, ce qui est bien évidemment hala’hiquement problématique. A cela, rajoutons les ébats des enfants qui dans la joie risqueront peut être de vous « coulez » ou de vouloir s’amuser à vous éclabousser.

Donc veillons à louer un endroit privé (même pour une journée) ou à se rendre dans des endroits avec bassins séparés avec horaires séparées hommes/femmes. S’il vous arrive de croiser des gens religieux dans l’eau dans la piscine d’un hôtel par exemple, cela ne veut pas dire que vous devez en faire de même (chacun suit un avis différent), avant de rentrer dans le bassin consultez un Rav (emportez le numéro d’un Rav décisionnaire et tentez de le contacter ou faites-le avant votre départ afin de savoir si vous pouvez rentrer dans l’eau : ne vous fiez qu’a son avis !)

Ne désespérez pas Hashem fait toujours en sorte que sur cette terre chacun ait son rayon de soleil

ON N’IMITE PAS LES AUTRES OU LES TOURISTES

Même si chacune d’entre vous est bh » j’en suis sure, pure dans son coeur et digne de porter la couronne d’Israël sur sa tête : il faut cependant faire très attention et veiller à ne pas adopter les coutumes locales de la ville ou du pays où vous partez en vacances. Ainsi, même sous un soleil de 40 degrés, il existe des solutions pour vivre sa Tsniout de manière tout à fait agréable sans pour autant être tentée d’imiter celui qui, pour des raisons que nous respectons, n’est soit pas religieux, soit tout simplement non-juif et donc habitué à d’autres coutumes vestimentaires (nous jugeons bien évidemment lekaf ze’hout).

Ainsi et vous le savez, Tsniout Mag’ adore proposer les tendances de l’été pour rendre notre tsniout encore plus belle ! Cependant cela ne veut pas dire que si c’est la mode de porter des débardeurs nous allons en faire de même. Il faut se ressaisir et se dire que de nombreuses boutiques locales proposent des tissus agréables avec cols tunisiens et matière telles que coton ou lin tout à fait en vogue, et qui respectent les codes hil’hatiques de nos Sages. On ne s’amuse donc pas à porter les manches légèrement plus courtes que nos manches habituelles, vous verrez que les manches 3/4 sont tout à fait supportables et ravissantes au porté.

Matières idéales : coton, coton peigné, lin, microfibre, satin, soie.

Enfin je clôturerais cette article par cette pensée : mesdames souvenez vous la puissance et la force de la Bat Israël en Egypte. En effet ne soyons pas tentée lorsque nous sommes loin de chez nous, ou dans un environnement où beigne une atmosphère qui est peu religieuse (c’est parfois le cas en vacances) de relacher notre Tsniout. Car comme dit Rachi dans Vayikra  (24:11), les femmes veillaient tellement a préserver leur tsniout et ne pas se mêler aux moeurs locales qu’elles n’engageaient jamais la conversation avec un habitant de la ville de peur de créer avec ce dernier un lien trop familier.

(Tsniout Mag’ -Tous droits réservés – Reproduction interdite ®)

La Tsniout en été est un mérite pour chaque femme, qu’Hashem récompense à sa juste valeur. Les vacances oui. La détente et la joie aussi. Mais pas n’importe comment…


10 thoughts on “Rappels pour ne pas relâcher sa Tsniout l’été !”

  1. Rahel (Nat) says:

    J’adore encore une fois….
    Tout est dit…
    Je reviens moi-même de vacances sur la cote d’azur et je confirme qu’on peut trouver des petits coins tranquilles ou il n’y a presque personne…
    Et puis il faut surtout se mettre dans la tête : on est tsniout toute l’année, ce n’est pas pour se relâcher en été, sous prétexte qu’on est en vacances !
    Raison de plus pour être encore plus vigilant…
    J’adore lire tout ça, parce que les remarques du genre : « mais tu n’as pas chaud ?? » sont exaspérantes, surtout que quelques centimètres de tissu en plus ne vont pas nous faire crever de chaud… Je ne sais pas pour vous, mais pour moi ce n’est même pas pensable de me « dénuder » sous prétexte que je suis à la plage…
    Plages séparées ou non, HM réside partout et nous regarde, donc, bravo ma poupée, j’adhère totalement à ce que tu dis :))

    1. Audelia B. says:

      Nathalie ce commentaire complete tres bien la pensee de l’article : Hashem est partout ! bh » Comme c’est bien dit !

  2. Rahel (Nat) says:

    Je précise que j’aime beaucoup la photo, cette jeune femme face à la mer représente bien le sujet et elle représente tout aussi bien la tsniout 🙂

  3. tsip ta voisine says:

    coucou Audelia! j`ai bcp aime ton article si vrai et si tolerant…j`ai entendu de la part d un grand rav un mot au suget de la Tsniout a la plage …C est tres important et c`est pire que ce que l on croit.Meme en allant dans une plage separee il suffit qu un seul homme nous voit dans une tenue pas Tsniout pour enfreindre la Avera de Guilouy arayot, pour laquelle il n ya pas d autre reparation que la mort , hass vechalom…Et le rav a continue en disant , qu il fallait faire tres attention et qu a part le maitre nageur aucun homme ne devait nous voir , ni le vendeur de boissons sur la plage , ni celui qui loue les chaises longues ni le chomer a l entree de la plage ni les hommes qui passent par la , et il a insiste dessus pour que les femmes se couvrent si elles vont acheter une boisson et au elle ne se deshabillent pas devant le loueur de chaises longues ect, d ou l utilite d un maillot Tsniout.Tout cela est tres difficile a respecter et bcp pensent au il suffit de se rendre a une plage separee et on ne se rend pas compte des degats causes par inconscience…Esperons arriver un jour a ce niveau , Amen!

  4. sarah says:

    Moi je voudrais savoir si toutes les courleurs sont autoriséés ?? : j’ai lu dans un livre que le rouge été proscrit . Et la couleurs de nos kissouilles ?

    1. Audelia B. says:

      Le rouge est considérée comme la couleur du DIN ( jugement) elle est deconseillée voire interdite par nos sages, sauf si elle est melangée à d’autres couleurs et à doses homéopatiques. Il m’arrive moi-même d’en porter (ex petites fleurs rouges) mais par touche discrète sur un foulard melangé à d’autres couleurs.A ce sujet le livre du grand Rabbi Moshé Haim Luzatto le Ramhal dans la Voix des Justes (Messilat Yecharim) disait « lilboch beguadim tsnouim reiyno meh’oubadim ah’ lo mefoarim »
       »Sachez porter des vêtements Tsnouims ,mais des vêtements dignes et non ostentatoires ». Porter des couleurs criardes de manière générale ou qui attirent trop l’oeil n’est donc pas Tsniout, il faut les porter encore une fois en touche très discrète.Chacune s’appuiera sur l’avis d’un rav.

      En ce qui concerne le rouge, je rajouterais nos sages rapportent dans la Guemara Ketoubot (passage 72b) : on considérait que filer de la laine rouge vif en public était un acte de pritsout, la fibre coloré de la laine attirant le regard dans le cas ou des particules se déposeraient sur le visage de celle qui tricote. On rapporte aussi le rouge à des problemes de Avoda zara (cf. Hilh’otes Avoda Zara) pour ceux qui désirent rentrer plus en profondeur sur le sujet merci de demander à un Rav.

      En cas de doute il faut demander à un rav ou autorité rabbinique compétente pour apporter des précisions à vos interrogations.

  5. Myriam says:

    Bonjour,
    Bien que je respecte totalement votre opinion sur la Tsniout je pense qu’il est tres important de rappeler aux lectrices (et lecteurs ?) qu’il est formellement interdit de se baigner dans des plages desertes (en Israel en tous cas) pour des raisons de securite evidentes. Les autorites n’ont de cesse de le repeter. Malheureusement il y a eu beaucoup trop de drames lors de baignades non surveilles par des matsilim (maitres nageurs)…

    1. Audelia B. says:

      Bonjour,
      merci pour ce rappel qui ne dénote pas de la Tsniout mais de la sécurité de chacun, une mention sera en effet rajoutée dans l’article.
      Tsniout Mag’ n’encourage évidemment pas les baignades dangereuses, le mieux est de contacter des numéros (que j’ai mis a disposition en aparté dans un autre article) afin de connaître l’état de la mer.
      Certaines plages sauvages sont dangereuses.Il convient d’être très vigilants à ce sujet.
      Merci à vous et à très bientôt ! 🙂

  6. Keren esther says:

    Cvavoua tov superbe article je commence a reflechir a ce aue je vais mettre comme vetement de bain tsniout …

  7. Ty says:

    Amazing!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *