Problématique : afficher ses photos sur les réseaux sociaux

Une petite chronique pour faire le point, cela fait toujours grand bien ! Biensur qu’il faudra lire l’article avec recul et biensur que tout ne sera pas non plus à prendre au pied de la lettre, cependant une presse est aussi là pour éveiller l’attention de ses lecteurs et c’est pourquoi nous souhaitions ensemble aborder la problématique sur l’affichage de nos photos personnelles sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Tweeter et autre…

Retirer ses photos personnelles et afficher une photo de profil discrète big-vie-privee-facebook-mode-demploi-620x300

Notre presse aime transmettre des voeux et volontés, après il y a un fossé entre ce que la rédaction propose et la façon dont vous les lecteurs vous choisissez d’en disposer. Voici ici quelques conseils que la rédaction distribue sous les avis et décrets de nombreux grands sage de la génération. Internet n’est de toute façons pas perçu d’un oeil clément dans toutes les sphères orthodoxes toutes mouvances religieuses confondues.Internet c’est faire rentrer le feu dans le Foyer Juif disent de grands rabbanims. En prenant en considération les avis de nos Sages d’Israël, et sans tomber dans l’exagération totale (car toute chose justement proportionnée ne peut véritablement être préjudiciable) voici une liste de recommandations de la part de la rédaction, qui ne s’érige pas en grands donneurs de leçons mais vous proposent des alternatives bénéfiques, alors on lit, on prend ou on jette, mais au moins on s’informe :

– Apprendre à jouer la carte de l’honneteté : afficher sa ou ses photos personelles sur Facebook nest pas Tsanoua mesdames et mesdemoiselles. La situation qui va etre relatée est jugée le kav zehout et avec un oeil clément c’est simplement que la pensée nous fait sourire voici donc que J’en entend parfois (et je trouve cela adorable) qui vous scande les propos des rabbanims « ôtons nos photos de Facebook cela n’est pas bon pour notre Tsniout, la surexposition n’a rien de juif… » Mais dans la réalité si nos Neshamotes nous poussent à agir avec droiture nous sommes souvent rattrapées par le temps et il arrive (et cela est humain) que les mêmes personnes qui levaient un décret contre l’exposition de vie privée liée aux réseaux sociaux soient aussi les mêmes qui s’affichent en photos à nouveau quelques mois plus tard !!!! Tachons donc d’être cohérent et de ne pas toujours nous laisser rattraper par nos penchants (je prêche aussi pour ma synagogue mes amis). Si vous affichez votre photo assumez, mais soyons au moins francs envers nous mêmes ! Ce n’est pas parce que votre photo apparaît que vous êtes Hasvechalom une fille de joie, limitez simplement les publications, n’affichez qu’une photo de vous, bref, dosez…Mais avouons au moins lorsque nous sommes incapables de retirer nos photos de nos visages et effets personnels, c’est juste humain.

Facebook dispose à vie de vos droits d’image et publication : tachez donc si vous le pouvez de ne pas étaler à tout va les photos de vos enfants par exemple, compte tenu des détraqués qui se baladent sur le net on ne peut jamais savoir. Même si votre visibilité n’est pas publique et que les gens ne peuvent pas toujours vous browser c’est à dire vous trouver via des recherches google ou autres, changez vos photos de profil, ainsi lorsque les gens vous trouvent ils ne sont pas censés savoir si c’est vous ou non, ou bien ce que vous devenez . De nombreuses de mes relations utilisent de très belles photos de rabbanims en image de profil, de paysages ou même d’images culinaire (comme les macarons lolll). C’est artistique ou religieux et d’entrée de jeu ca aplanit les choses, votre photo de profil c’est aussi votre carte d’identité alors pensez y…

Limitez la casse en matière de Shalom Bayit (paix des ménages) : Et oui ! Sans faire de généralités, ses messieurs ne disposent pas toujours de comptes Facebook (en particulier les plus religieux ou les plus indépendants en terme de vie intime). Résultat tout cet étalage médiatique n’est pas perçu comme idyllique de la part d’un époux parfois Avreh dont les rabbanims contre indiquent une telle présence sur le net. Quel que soit le rang ou la situation de monsieur, les témoignages qui me sont revenues en boucle relatent de disputes et longues argumentation sur le fait d’avoir un compte Facebook et d’étaler aux gens des photos.

Etre sur Facebook c’est s’exposer ANYWAY Qu’on se le dise, certaine se refusent des partages de photos sur des groupes ayant trop pignon sur rue sur Facebook.Cela se comprend c’est évident, mais mesdames ne rêvez pas, lorsqu’une photo de vous s’affiche sur les réseaux, D. seul sait à quel point vous êtes exposée ! Copié collé, partage à votre insu, photo montage, inutile de tomber dans la paranoia mais enfin restons un temps soit peu REALISTES. Cet article à été écrit dans le but de se renforcer toutes ensembles (la rédaction en tete de liste) ne nous voilons pas la face, un partage de votre photo sur une page dédiée à la Tsniout n’est rien compte tenu de votre présence imagée sur FB. Le danger est le meme quel que soit le nombre de vues ! C’est pourquoi nombreuses sont les femmes de mon entourage et lectrices qui signent leur présence en affichant en photo de profil la photo du Rav Ovadia, du Rabbi, du drapeau d’Israel, etc…Une photo de vous, c’est une photo de vous, et nombreuses sont celles qui ne connaissent pas les paramétrages et exposent leur photos en visibilité « publique » (souvent sans le savoir ) ce qui veut dire que vous pouvez être vue par n’importe qui ! Watch out so…

Et la rédaction dans tout ça ?

Mais j’en vois déjà qui sourient ! En effet, j’en suis la première victime, j’affiche certaine de mes photos sur ma page FB personelle mais j’en assume l’entière responsabilité. Pourquoi ? En vue des retours courriers de lectrices qui se veulent nombreux, les photos de la rédaction poussent à une certaine forme de kerouv, en particulier chez les jeunes femmes hésitantes en matière de port du foulard et du béret. L’exposition à publication limitée (visibilité limitée aux femmes uniquement) permet à la lectrice de jouir d’un look et d’un tutoriel photo découlant logiquement d’un tutoriel vidéo. Ils leur est alors plus simple de se replacer dans le contexte d’une tenue, d’un maquillage, ou tout simplement d’un nouage de foulard lorsqu’elles ont devant les yeux le résultat final imagé.Mais cela n’est pourtant pas une excuse, l’on remarquera ainsi que les photos du magazine n’exposent pas la rédaction à titre personnel dans le sens ou la fan page de notre presse ne contient que des photos de tenue et foulards issuent de crédits photos ou de blogs environnants. Rarement, afin de conserver une identité propre l’on exposera des photos de vie privée sur une page à caractère professionnel cela est évident ! En revanche la rédaction qui possède aussi une page Facebook dite « personnelle » affiche un contenu imagé afin que certaines lectrices soient informées des résultats tutoriels et tendances en matière de foulard et que les proches et la famille puissent aussi en profiter. Cependant l’affichage de photos est limité dans le temps, les publications sont effacées sous 48 heures et limitées en visibilité. La rigueur en matière de Tsniout reste de mise de toutes les manières, mais j’instrumentalise la photo (non pas que je cherche à me dédouaner lol) j’utilise le matériel en tachant de l’élever au spirituel, et si cela peut permettre modestement d’aider la femme à se renforcer dans sa pudeur et son judaïsme alors pourquoi pas…Mais autant que faire ce peu, nous laissons toujours notre mail à disposition de la lectrice afin de permettre un envoi de photos plus secret et Tsanoua.

Un petit retour sur un rappel afin de se renforcer et de tacher de garder en mémoire qu’un outil de réseaux sociaux peut devenir utile si il prend une dimension spirituelle, qu’il aide à une lecture de Tehilims, à la transmission de Torah, à la force et à l’entraide sociale, à grandir en Judaisme, et surtout à l’apprentissage de ses faiblesses et des manières de les surmonter …

like-r

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *