Le port du foulard : comment franchir le pas ?

FOULARD-EFFET TURBAN

FOULARD-EFFET TURBAN

Tsniout Mag’ vous retrouve ce matin, pour se pencher sur une question parfois récurrente : j’aimerais bien porter le foulard de manière permanente, mais je n’ose pas encore franchir le cap. C’est de mon bureau contemplant Jérusalem et ses merveilles, encore étourdie par les images de ces femmes si belles qui arborent le foulard avec tant de grâce, que je prend ma plume. A son niveau, le magazine tente d’aider avec humilité celles qui hésitent encore. Voici une modeste liste de conseils, parmi ceux que je me permets de recommander.

CONSEIL NUMÉRO 1 : Pensez (même si vous le savez déjà mais à notre niveau c’est bon de se le rappeler chaque jour) à tous les bienfaits que le foulard apporte à la femme Juive. La hatsla’ha dans l’éducation des enfants et la paix dans le foyer, entre autres..

CONSEIL NUMÉRO 2 : Sachez que pour votre mari, il s’agit d’un honneur que vous lui faites, puisque votre chevelure ne lui sera désormais permise qu’a lui. Dehors les gens sauront que vous êtes mariée (même si d’habitude d’autres signes extérieurs le montre, dans le monde Juif on se démarque des autres surtout par la tête couverte ). Il s’agit là d’une preuve d’amour envers Notre Créateur et envers votre mari. C’est une preuve de crainte du Ciel (yirat shamayim) et ça développe le Shalom Bayit (paix du foyer) à la maison.

CONSEIL NUMÉRO 3 : Dans votre tête dites-vous le matin en vous levant « si je devais me présentez ce matin devant un Roi (de chair et de sang) : irais-je les cheveux découverts ? »  Non ! Dites-vous alors qu’à plus forte raison si ce Roi est HM et qu’il vous convie chaque jour dans son palais. Il suffit de voir comment le monde ‘Hol se couvre la tête lors d’un évènement important pour mieux comprendre.

Avez-vous vu les photos du mariage de Kate et William ?  La quasi totalité des invités avaient la tête couverte devant la majesté de l’événement. A plus forte raison devant le ROI des ROIS ! N’oublions jamais que dans la Torah la chevelure est considérée comme une forme de nudité  » (‘Herva).

CONSEIL NUMÉRO 4 : L’effet miroir : On se dit : avec les tenues que j’ai dans mon armoire je vais m’amuser à associer les foulards que j’ai, je serais donc non seulement Tsniout mais j’aurais un complément indispensable qui viendra parfaire ma tenue. Je l’essai devant un miroir et j’analyse ma posture et mon allure devant la glace. L’avis que l’on a de soi-même est très important pour être motivée .

CONSEIL NUMÉRO 5 : N’hésitez pas à assister à des ventes privées de foulards, on y côtoie des femmes à même de nous conseiller de la meilleure manière qu’il soit ! De plus, pour celles qui désirent des conseils sur les différentes façons de porter le foulard (thème qui fera l’objet d’un article dans Tsniout Mag’ prochainement Bh ») certaines créatrices se déplacent à la maison. C’est convivial et ça dédramatise le sujet (pour les plus frileuses) !

CONSEIL NUMÉRO 6 : On s’aère un peu la tête (au sens moral du terme bien évidement… Humour je précise !) et on entreprend une journée shopping pour faire le plein de Foulards et être sûre de ne pas en manquer à la maison, quelle que soit la tenue : surtout ne vous limitez pas et n’oubliez jamais que les possibilités sont multiples de nos jours : chapeaux tendances, kissouy roch (couvres-chefs) de toutes sortes bh », casquettes, capelines…De préférence, faites vos achats avec une amie qui se couvre la tête plutôt que toute seule, elle vous épaulera et vous encouragera dans vos démarches.

CONSEIL NUMÉRO 7 : Apprenez à contrer les blâmes ou réflexions de l’entourage réticent, et expliquez calmement qu’il s’agit d’un choix personnel qui n’implique que VOUS, que c’est un CDI signé avec Hakadosh Barou’h Hou.

Sachez pour finir que le  Saint Choul’hane Arouh’ stipule que le fait de se couvrir la tête chez la femme (et chez l’homme) est une obligation Midé Rabbanan (instituée par nos sages). Il est donc important de respecter ce mérite, comme je le dit souvent  : Sachez porter le foulard comme une couronne de princesse et non comme un fardeau !

Pour tous besoins de conseils n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact du site ou par mail contact@tsniout-mag.com ou encore sur la page Facebook de Tsniout Mag‘, je peux aider à mon petit et modeste niveau, ou vous orienter vers des rabbanims qui répondront à vos interrogations.

Tsniout Mag’ -Tous droits réservés – Reproduction interdite ®

LE FOULARD UNE LUMIERE POUR LA FEMME

LE FOULARD UNE LUMIÈRE POUR LA FEMME

FOULARD STAR

FOULARD STAR A porter les cheveux cachés bien sur!

Foulard En Hauteur : A PORTER TETE ENTIEREMENT COUVERTE BIEN SUR

Foulard En Hauteur : A PORTER TÊTE ENTIÈREMENT COUVERTE BIEN SUR

22 thoughts on “Le port du foulard : comment franchir le pas ?”

  1. julien says:

    face à l’hypocrisie de la pea qui veut faire croire qu’il est autorisé de faire comme AVANT, je vous félicite d’avoir conçu cette page.
    les pauvres rabbins qui laissent leur femme sortir en péa ne savent pas qu’ils ont ouvert la voie au yéçere harâ. vous avez le mérite de rééquilibrer la position.

    1. AUDELIA B. says:

      Bonjour Julien.

      Sachez que Tsniout mag’ s’efforce de répondre aux attentes de chacun(e)s, toujours en jugeant chaque être humain lé kav zéhout.
      Je considère (meme si cela n’engage que moi bien sur) que le port du kissouy (foulard) respecte les codes de la Loi Juive dans la tradition sépharade.
      Je ne porte moi-même que le foulard (mais encore une fois c’est mon choix).

      Je m’efforce à mon petit niveau de respecter chacun (perruque et foulard) avec ses décisions, meme si ma prise de position sur la question est inébranlable : se couvrir la tete, c’est avec le foulard uniquement!

      Malgré tout, n’ayant qu’un niveau en kodesh tres modeste face aux guedolims de nos jours, j’essais du mieux que je peux de traiter les sujets divers dans les lignées de la Loi Juive.

      Merci pour votre intéret Julien.
      Nous vous souhaitons la bienvenue sur Tsniout Mag’

    2. Michou says:

      Je ne comprends pas qu’on critique la perruque bh combien cela est difficile pour de nombreuses femmes de se couvrir la tete surtout dans le milieu proffessionel, de plus le rabbi de loubavitch a insité les femmes à se couvrir la tete avec la perruque car on ne risque pas de voir un seul cheveux. arrete de creer la division au sain du peuple. Que se soit avec le foulard ou la perruque le but est de se couvrir la tete.

    3. Hava says:

      Il est facile de juger, mais la pea permet aux femmes qui ne vivent pas en erets de pouvoir travailler!
      Si il est si simple de porter un foulard en Israël en France c autre chose!
      Le rabbi oblige de porter la perruque pour que les juifs ne soit pas montrer du doigt encore!!
      Ce choix appartient a chacun et surtout a chacune, je trouve très indélicats de porter de tel jugements!!!

      1. Laurent says:

        Précision, une séfarade ne devra pas se baser sur les décisions du Rabbi de Loubavitch (aussi grand soit-il). Nous avons suffisamment de Tsaddikim chez nous pour avoir sur qui se reposer. Et la grande majorité sont contre la perruque. Il est vrai qu’une minorité de décisionnaires sefarades avaient accepté la perruque cependant il ne s’agissait aucunement des perruques que l’on peut voir de nos jours sinon il est clair qu’ils se seraient insurgés contre ce genre de comportement (Rav Messas et Rav Ben Tsion Aba Chaoul entre autres).

        1. Hava says:

          Avant d’être sepharad ou hachkenas nous sommes tous juif,on ne choisi pas dans quel pays on nait, si entre nous nous tenons de tel discour il n’es pas étonnant que cela donne des idées aux goyim pour nous haire!
          Pour ma part sepharade,( de par mon mari!! )mes enfants sont dans une Ecole loubavitch( et Grace a D. Et aux loulou, mes enfants ne sont pas chez les goyim!) je porte perruque et foulard, ( entre nous porter un foulard n’empeche pas d’attirer les regards!!!)suis tsniout ds ma tenu et mes propos!Grace a D
          Chaque juif est grand et bon, et chaque rabanim et créature d’HM , si sa parole et ces precept son la c que HM en a voulu ainsi,
          Chabat chalom a tous et toutes

        2. martine says:

          Laurent, Rav Ovadia Yossef Chlita a déclaré que la perruque était interdite pour les femmes sépharades. Mais il est vrai qu’en dehors d’Israël, ce n’est pas évident. Si une femme pense que travailler avec un Kisouï roch (foulard) peut lui amener des problèmes, il vaut mieux qu’elle s’abstienne. Si elle a peur des éventuelles questions ou elle n’est pas prête à mettre autre chose qu’une perruque parce que la transition est plus facile, là, il y a problème. Les questions ont tjs existé, personne n’en est mort. La transition est dure… posez-vous vraiment la question si vous êtes sûre de vouloir vous couvrir la tête. Le principal est là. Et n’oubliez pas Mesdames, c’est uniquement pour vos maris que vous devez être belles! Je ne juge personne et chacun est en droit de réfléchir à la question. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes dans une époque très difficile pour le peuple d’Israël (les Juifs du Monde entier!!) et beaucoup de choses passent par le mérite des femmes… Ca ne vaut pas coup de tenter le Kisouï?

  2. AUDELIA B. says:

    Bienvenue à tous sur Tsniout Mag’

    Merci pour vos commentaires.

    Que D. vous protege.

  3. keren says:

    j’adore j’adore jadore!! bravo pour vos superbes articles et pour votre magazine
    en tant que creatrice de foulards je ne peux que vous soutenir ! bravo pour votre kirouv

  4. PATRICIA ATTAL says:

    ARRETONS DE JUGER !! L ESSENTIEL EST DE SE COUVRIR LA TETE CHACUN SELON SON MINHAG ET SA FACON DE VOIR LES CHOSES. JE SUIS CHOQUEE QUAND J ENTEND QUE C EST ASSOUR DE METTRE 1 PERRUQUE CELA VOUDRAIT DIRE QUE TOUTES LES FEMMES HABAD FONT UNE AVERA ? APPAREMMENT OUI SELON CERTAIN RABBANIM
    C EST DOMMAGE C EST DEJA PAS FACILE DE SE COUVRIR LA TETE ET QUAND A LA LONGUEUR OU LA BEAUTE DE LA PERRUQUE JE PENSE QU AUJOURD HUI CERTAINE JEUNE FEMME QUI ONT DE « TROP » BELLE PERRUQUE N ACCEPTERAI PEUT ETRE PAS DE SE COUVRIR LA TETE AVEC LES PERRUQUES QUE L ON PORTAIT IL Y A 30 ANS ALORS QU EST CE QUI EST MIEUX ? SOYONS TOLERANTS !!!

    1. Audelia B. says:

      Bonjour Patricia,
      il va de soit qu’il faut être tolérant, chacun suit son minhag et son rav.
      C’est tellement beau d’etre juif…Jugeons chacun les Kaf ze’hout.
      Bienvenue sur le mag’ et à tres bientot B »H

      Audélia B.

  5. sandrine says:

    KOL AKAVOD AUDELIA POUR TON ARTICLE
    je peux dire que tu m as convaincue à 95% des bienfaits de porter le foulard, si je saute le pas ca sera grâce à TOI
    BIZZZZZZZZZZZZZ et bonne continuation dans cette voie
    sandrine

  6. sandrine says:

    je ne sais pas ce qui motive autant d interet pour la tsniout et le port du foulard. j avoue que ca m interpelle et que je ne saisis pas bien ce qui se joue ici mais bravo pour tant de devouement a ces mitsvot! juste pour info, se couvrir la tete est aussi sus-cite dans la tora: lorsque Rivka ressort de la tente ou Itshak s est uni a elle, elle a la tete couverte et donc……etc.
    je suis de pres la suite des articles…merci deja

    1. Audelia B. says:

      Ce qui suscite un tel intérêt ? Et bien disons que la Tsniout c’est un retour à nos racines, c’est aussi la loi, et c’est incontournable dans la Torah. Et les lois de nos sages sont là pour être mises en application tout simplement…
      Merci de nous suivre sur Tsniout Mag’ nous en sommes touchés ! Merci de votre présence.

      ‘Hodesh tov !

    2. Audelia B. says:

      Sandrine je souhaiterais que vous rejoignez si vous le voulez bien la page Facebook de Tsniout Mag’.

      http://www.facebook.com/pages/Tsniout-Mag/120029704745519

      Votre question est intéressante, et les lectrices souhaitent vous répondre pour faire avancer ensemble les questions autour de la Tsniout.

      Merci à vous.

      1. Bettina says:

        Que de choses ont été dites ! Comment pourrions nous donner tort ou raison à quiconque, chacun avance des paroles de nos Sages. Laurent, vous avez parfaitement raison, une femme sefarade ne devrait pas porter la perruque, toutefois, la société a évolué. Aujourd’hui le port du foulard est très problématique pour une femme qui travaille. J’avais posé la question, pour ne pas avoir à faire d’erreur, et on m’avait répondu ce que vous avez dis, avec une permission pour le monde professionnel de porter la perruque assortie d’un bandeau ou d’un petit foulard sur le dessus. Encore une fois les avis peuvent être partagés sur la question…
        Patricia Attal, Les minhaguim sont différents selon la chita que l’on suit. Porter la perruque pour une femme Habad n’a jamais été une avera puisque le Rabbi lui même incitait les femmes à la préférer au foulard. Les décisionnaires sefarades ont été d’un avis différent voila tout…
        Sandrine, votre question me plaît ! 🙂 Je me posais la même il y a quelques temps…
        Je pense que si la tsniout suscite autant d’intérêt c’est parce qu’elle est une façon de vivre, un enjeu pour la femme mais aussi pour l’homme. La tsniout c’est la rencontre de l’épouse avec son époux, à chaque instant. Chacun de leurs pas signifie qu’ils s’appartiennent, et si lui préserve son regard, et ses mots, elle préserve son corps. Chacun vit sa tsniout différemment, donc tout le monde exprime ce qu’il vit, ce qu’il apprend et la façon dont il le ressent… Prendre conscience de l’importance de la tsniout c’est prendre conscience de la valeur de son corps et de la pureté de son couple.
        Une petite histoire pour finir qui me rappelle un peu la tsniout… Au moment de la création du monde, l’oiseau n’avait pas d’aile. Il se fit poursuivre par un animal bien plus grand que lui. Une fois hors d’atteinte derrière un rocher, il dit à Hachem :  » pourquoi m’as Tu fais si petit ? Comment pourrais je vivre ainsi, si je dois courir constamment pour sauver ma vie ? ». Hachem entendit sa prière et lui donna deux ailes. L’oiseau se sentit soudain bien lourd et se plaignit de son sort « Je T’ai demandé de l’aide et Tu m’alourdis encore plus ! Comment pourrais je courir, c’est bien plus difficile maintenant ! Et puis ce que tu m’as rajouté me tient rudement chaud ! ». Hachem lui répondit alors « Ouvre tes ailes et tu verras quel cadeau tu as réellement reçu ». En effet, il se sentit bien plus léger, et compris très vite qu’ainsi il se trouvait hors d’atteinte. Il était libre de voler et de se poser quand bon lui semblait !
        Hachem nous a fait cadeau de la Tsniout, à nous de savoir comment l’utiliser. On se sent alors libre et léger. On ne comprend pas toujours tout, mais rien n’est plus beau que l’instant où l’on prend conscience de la merveille que l’on a entre les mains.
        Hodesh tov ! Et hatslkha pour tout !

  7. laure says:

    bonjour
    je suis une femme sepharade mon mari est sepharade j ai commence a me couvrir la tete a 37 ans et au debut je disait non je ne mettrait pas la perruque jsuis sepharade et puis j en pouvais plus de voir ma tete avec ces foulards casquettes bonnets pour les fetes ou les occasions je me trouvais moche j en pouvais plus alors j ai essaye pleins de perruques j en ai trouve une pas chere et je me suis senti vraiment mieux plus a l aise moins moche et j avais plus a me justifier toute les deux minutes ben qu est ce qui t arrive tu te couvre la tete blablabla bien que je suis contente a 100 % de l avoir fait c est parfois difficile de ce sentir juger par son entourage bref moi personnelement je trouve que le rabbi de loubavitch est un grand visionnaire car une femme pour ce couvrir la tete a besoin de se sentir bien et egalement de garder son mari son couple et moi personelement le foulard c est a la maison ou quand je suis en retard ou fatigue et quand je sort avec mon mari je me sent bien avec ma perruque et pour trouver du travail ou ne serais ce que le regard des gens dans la rue je trouve personellement que la perruque c est mieux.c est a la femme qui se couvre la tete de voir ce qui lui correspond le plus ,selon son experience personnelle.Mais ce qui est certain a 100 % c est que le fait de me couvrir la tete a change ma vie en bien et j ai resenti concretement beaucoup de repercution tres positive au niveau de la paix dans le couple mais aussi de mon epanouissement spirituel et de mon bien etre general .

    1. Audelia B. says:

      Chère amie,

      Un grand merci pour votre commentaire et hazak pour votre force et votre Tsniout.
      Je ne puis contredire (hasvechalom) votre position, meme si halah’iquement elle est problématique vu le nombre de possekims qui interdisent la perruque.
      On cite souvent avec aisance le Rabbi De Loubavitch (Zatsal que Son mérite nous suive) mais ATTENTION la position du Rabbi est claire sur la perruque,
      Elle n’est autorisée que partiellement (ex . Pour mieux s’insérer dans le monde du travail) et pas n’importe quel type de perruque est autorisée, il existe des règles
      (perruques courtes, pas de boucles, raides, etc…) Le rabbi de Loubavitch autorisait la perruque en comprenant la position de la femme,
      certes, mais il n’autorise pas la franfreluche. De plus lorsque l’on est sépharade l’on est sépharade et non pas Loubavitch, on ne peut pas faire la religion à la carte ( sans offenser qui que ce soit), et ce sans l’avis d’un rav . Un conseil amical , pour plus de crédibilité (ceci est valable pour toutes) citez plutot le ether du Rav Shalom Messas Zatsal, qui LUI était sépharade. (Je RE-précise que la perruque autorisée par les rabbanims ressemble davantage à des coupes courtes discrètes qu’a des tignasses problématiques commercialisées de nos jours)
      Il ne faut donc pas mélanger coquetterie et respect de la Tradition de nos sages (Déoraita et Dérabanan).-Attention je ne parle pas pour vous , mais en général-.
      Lorsque l’on est femme et que l’on désire être belle pour son mari , il existe déjà un processus de bien être intérieur à travailler pour pouvoir être belle dehors.
      Or, chère amie (au même titre que certains foulard extravagants) si la perruque a la volonté de couvrir la tête d’une femme mariée, elle a aussi parfois bien souvent
      le défaut très grave aux Yeux du Tout Puissant d’attirer le regard des autres hommes, et non plus seulement celui de votre mari.
      C’est pourquoi elle est condamnée par la majorité des possekims et que seule une minorité l’autorise et dans des conditions strictes.
      Le principe du “chacun fait cki lui plait” est peut-être valable dans un monde goy, mais certainement pas dans le Judaïsme (je m’excuse).
      Notre Sainte Torah nous a été offerte avec ses lois, la femme Juive est un pilier pour son foyer, pour Hashem et pour son mari.
      Etre belle pour son conjoint est un devoir ! En revanche décider seule (sans l’avis d’une rabbanite ou de votre rav) est pernicieux.
      Cependant si une femme possède l’aval de son Rav et qu’elle choisit une perruque Tsniout, si cela peut l’aider (en dernier recours) à se sentir mieux dans sa peau pourquoi pas…
      Mais comme je le dit shalom bayit ou pas, c’est une grave décision et elle ne se fait pas seule, sans les conseils d’une autorité Rabbinique au moins prete à vous expliquer
      les mérites qu’une femme a, à porter le foulard…
      Comme je dit souvent couvrir sa tête n’est pas chose facile, alors mieux vaudra une perruque Tsniout et cachère qu’une tète non couverte (USE WITH CAUTION)…

      Merci de votre présence.
      Soyez toujours la bienvenue.

      La rédaction.

  8. yaakov says:

    Dans une perspective juive, la pudeur n’a rien à voir avec le fait de ne pas être belle. La pudeur est un moyen de créer une intimité. Et c’est ce qu’une perruque effectue.

    La couverture des cheveux n’a jamais eu pour objet d’enlaidir une femme mariée. La beauté est un don divin, et la tradition juive encourage aussi bien les hommes et les femmes à soigner leur aspect et à toujours être présentables. Elle encourage aussi la pudeur. Non pas pour nuire à notre beauté, mais pour canaliser cette beauté et l’attirance qu’elle génère de sorte qu’elle soit préservée pour là où se trouve sa place : à l’intérieur du mariage.

    En couvrant ses cheveux, la femme mariée affirme : « Je ne suis pas disponible. Vous pouvez me voir, mais je ne suis pas ouverte au public. Même ma chevelure, la partie la plus manifeste et la plus visible de moi-même, n’est pas pour vos yeux. »

    Couvrir ses cheveux a un profond effet sur la femme. Il crée une barrière psychologique, une distance cognitive entre elle et les étrangers. Sa beauté devient visible, mais discrète ; elle est belle, mais pas disponible.

    La perruque est parfaite pour cela, car elle permet à une femme de couvrir intégralement ses cheveux, tout en préservant sa beauté. Elle peut demeurer fière de son apparence sans compromettre son intimité. Et même lorsque sa perruque paraît si réelle qu’on peut la confondre avec de vrais cheveux, elle sait elle que personne ne la voit telle qu’elle est véritablement. Elle a créé un espace privé, et c’est elle seule qui peut y entrer.

    Peut-être dans d’autres religions la pudeur et la beauté ne se mélangent-elles pas. Ce n’est pas l’optique juive. La vraie beauté, la beauté intérieure, a besoin de pudeur pour la protéger et lui permettre de s’épanouir.

    1. geoula says:

      Le probleme des perruques moderne est que on ne voit que ce sont des perruques mon pere qui est tres assimile a voulu draguer une orthodoxe, il m a dit mais elle a pas la tete couverte ca veut dire qu elle n est pas mariee ! en effet toutes les personnes qui ne sont pas dans le coup a la mode des perruques ne voient pas les perruques. Donc pour une sef qui met une perruque moderne je lui conseil de ne rien mettre du tout a la place parce que quand je sors avec mes chapeaux, mes foulards et que je vois ces magnifiques perruques LA POUR MOI c est tres dur parce que de nos jours elles sont bien plus belles que leur cheveux en dessous qui ont ete ecrase habime a cause de leur perruque, leur pauvre mari.

  9. Keren says:

    Merci pour cet article et ces conseils…
    Une petite question: une juive célibataire (jamais mariée), peut-elle porter un kissouy rosh lorsqu’elle sort de chez elle? (En le retirant dans les endroits peuplés de juifs, comme dans une synagogue par exemple, pour ne pas créer de confusion sur son statut).

    Merci d’avance de m’éclairer sur ce point!

    1. Audelia B. says:

      Chere amie, il faudrait que je ose la question à une autorité rabbinique afin d’etayer votre juste reflexion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *