La Tsniout en douceur : rien ne sert de brusquer

Une main qui se tend : ça renforce !

Une main qui se tend : ça renforce !

Tsniout Mag’ -Tout droits réservés – Reproduction interdite ®

Tsniout Mag’ s’intéresse aussi à toutes les femmes : la femme Juive dans son ensemble, celle qui est religieuse, celle qui est traditionaliste, et celles qui ne le  sont pas encore , et qui, désireuses de le devenir se voient parfois contrées dans leur démarche par des réflexions et attitudes qui les freinent.

La religion Juive est en générale aussi belle que complexe et faire une démarche de Teshouva n’est jamais chose évidente. Aussi, il est préconisé (et que BH cela soit le cas pour tous) d’envisager un retour vers la religion progressif mais viable, mieux que de se précipiter vers un retour zélé, où l’on veut tout faire, tout savoir, dans la rapidité (mais avec de la bonne volonté quand même)…Que ce retour soit certain ou pas, une teshouva est toujours un peu fragile, on passe d’une étape religieuse à l’autre, on est exposé à de nouveaux choix, et en matière de Tsniout, il arrive, (même lorsque cela se fait par transition) que l’on soit parfois encore hésitant, voire « faible » ce qui est normal. C’est pourquoi, pour soi-meme, et vis à vis des autres et du monde qui vous entoure il faut se blinder pour contrer tout yetser ara.

Les reflexions du monde religieux

Mes chers amis, assumer les remarques de l’entourage ça n’est jamais facile, mais devenir « religieux » doucement et pas à pas , c’est aussi faire le choix d’un travail sur son caractère et ses midotes. Ce qui veut dire, garder son calme et son sang froid devant les réactions des autres face à vos choix nouveaux notamment en matière de Tsniout vestimentaire et comportementale. Il ne vous sera pas rare (et beaucoup se reconnaîtront) de devoir faire face à des phrases du type ; « cette jupe n’est pas assez longue » , ou bien « n’es-tu pas trop maquillée ? » , ou encore des réflexions du type « chez nous ça ne se fait pas ». Dans ce type de situation, le mieux, et ça n’est pas évident je le sais bien, est encore de maintenir le cap en expliquant avec le plus d’aplomb possible, que si vous agissez ainsi c’est que vous avez sur qui vous appuyer (un Rav , des halah’otes, des posskimes). N’oublions pas que le monde religieux, est parfois intolérant et ne voit pas toujours d’un bon oeil les nouveaux venus. Cela en choquera beaucoup, mais les communautés de ce type ne sont pas rares, et créent parfois une certaine division au sein du peuple. Attention : merci de ne pas prendre ce cas pour une généralité, il existe des gens fort agréables de partout, des gens religieux qui vous ouvriront les portes plutôt que de les fermer, et vous inviterons à aimer la Tsniout et le judaïsme avec fraternité.

Cependant, et je le dit à toutes personnes, qui devenues religieuses aujourd’hui oublient parfois le passé, n’oublions pas d’où nous venons ! Etre religieux aujourd’hui ne nous autorise pas toujours à porter un oeil critique sur notre prochain qui lui est en démarche de Teshouva. Nombreuses sont les personnes, elles-mêmes en teshouva récente, qui jugent (parfois sans s’en rendre compte) et arrivent à freiner l’autre. A D. ne plaise , mettons nous en garde contre ce type de comportements, car même si notre devoir est de signaler à un frère qu’il commet un interdit de la Torah, il existe l’art et la manière de le faire. N’oublions pas que ne pas se mêler des autres et de leur choix sont des attitudes issuent de la Tsniout du comportement. On n’ira pas dire à une personne encore fragile qui au contraire à besoin d’avancer religieusement et d’être soutenue « ce que tu fais n’est pas bien », mais « demande à un rav, il saura te conseiller ». Il est parfois insoutenable pour l’être humain de faire preuve de grandeur et garder sa langue, il ne peut pas cela est plus fort que sa personne, il faut qu’il dise une méchanceté, ou une vérité mal placée (et même sans mauvais esprit mais cela est dérangeant).

Pourquoi insister sur ce point ? Mesdames, messieurs nous avons fait le choix d’emprunter les chemins de la religion, sachons donc faire preuve de clémence et agissons en qualité de miroir, face à un autre Juif désireux de se rapprocher d’Hashem. Car, Non, nous ne savons pas tout ! Et de nos jours notre niveau en Kodesh est bien bas, et rares sont ceux qui peuvent se permettre de critiquer sans avoir à se remettre eux-même en question…La vérité absolue est détenue auprès d’Hashem tout Puissant. En ce mois de Elloul apprenons un peu à faire profil bas…

Chat échaudé craint l’eau froide …

Il faut bien le dire mais, le monde religieux (une petite partie), sans le vouloir ne se rend pas compte qu’une petite réflexion mal placée, risque parfois d’éloigner à jamais celui qui décidait de faire un pas vers la Tsniout. Vous savez, il faut être courageux pour faire Teshouva, et pour cela il faut se sentir épaulé. Sachez que l’entourage proche de ces personnes n’est pas toujours clément et réagis souvent durement face aux nouveaux choix religieux, il n’est pas rare d’entendre « tu ne vas pas me faire ça », « devenir religieux mais pourquoi tu es très bien comme cela ? » ou encore « où sont passés tous tes Jeans ? ». Alors, dans ces moments là, qui est présent pour épauler une personne qui revient vers la religion ? Le religieux lui-même ! On aide, on explique, on redirige vers des rabbanims, on comprend (ou l’on essaye), mais surtout on écoute avec tolérance ! Car pour juger il faut en avoir le niveau, et cette tache est réservée aux grands de ce monde, aux décisionnaires, aux grands rabbanims, aux maîtres de la Torah…C’est avec tristesse que j’entend parfois des phrases du type « la Tsniout : basta, j’arrête j’en peux plus, c’est beaucoup d’efforts pour trop de réflexions ! ». Soyons attentifs, et même si une personne est responsable de ses actes, modérons aussi les nôtres, car une personne marquée est difficile à ramener vers la religion. Il faut après cela opérer un veritable sauvetage, et devenir une bouée, pour ne pas voir dériver cette personne vers le large…

Religion : un nouveau visage, de nouveaux choix

Religion : un nouveau visage, de nouveaux choix



8 thoughts on “La Tsniout en douceur : rien ne sert de brusquer”

  1. Moon says:

    pffffffffffffff ton article est formidable. moi qui suis en conversion je me reconnais tout à fait dans ton article meme si c’est qu’une petite minorité (comme partout), car la plus part des gens sont bon, j’espere que cette minorité lira ton article afin de changer son comportement envers les gens

    1. Audelia B. says:

      Merci à toi, oui il faut veiller à être tolérant afin de ne pas brusquer les gens. Et puis de nos jours à part les posskims qui a le niveau pour donner des leçons ?

      Je suis à ta disposition pour tous renseignements, nous sommes appuyés par un rav décisionnaire de Jérusalem qui oriente et conseille. bh »

      1. Nacache Tsiporah says:

        C’est un article vraiment très intéressant… Je me reconnais aussi dans ce qui est décrit, ce qui est dur pour moi c’est le regard des gens alors que je suis de mère juive et que je crois très fort en D., que j’ai toujours voulu pratiquer plus sans parfois pouvoir le faire, voilà que je « m’y mets » et je pars d’ailleurs très bientôt faire un séminaire en Eretz donc j’aimerais bien en discuter avec vous si cela ne vous dérange pas voire avoir l’avis d’un rav, merci bcp à bientôt sdv.

  2. Cynthia Forestu says:

    Bonjour,

    Merci pour cet article, je suis actuellement en conversion et j’avoue que le plus dur pour moi et de m’habiller sniout tout les jours. Je le fais progressivement car je ne suis pas encore prête a tout les jours mettre des jupes. J’aimerais pourtant trouver cette force en moi qui me ferais définitivement passer le cap et vos articles m’aide énormément a comprendre l’importance du respect de la tenue sniout! Merci

    1. Audelia B. says:

      Avec plaisir …

  3. ste says:

    bonjour, je suis aussi en conversion (décidemment) et c’est toujours avec un grand plaisir que je lis vos articles qui sont trés bien ecrits. Chacun d’entre eux m’apporte des réponses ou m’informe d’avantage alors MERCI! J’espere que vous continuerez encore longtemps car vous m’êtes d’un grand soutien. Au plaisir de lire le prochain article.ET ENCORE MERCI!

    1. ste says:

      chacun d’entre eux m’apportent 🙂

      1. Audelia B. says:

        Quel beau compliment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *