Et si on offrait au monde une autre version de la Bat Israel ?

Bat Israel : le retour aux valeurs

Bat Israel : le retour aux valeurs

La Tsniout (pudeur Juive) est souvent mal comprise. L’occident, les médias, le pouvoir nous empêchent de nombreuses fois de reconnaître les valeurs de Emet (vérité). En prenant le temps de mener une pige quotidienne de photos, et en s’arrêtant une seconde Tsniout Mag’ prend une pause . Parmi les questions que notre temps libre nous offre, nous avons tenter de nous instruire, et de se dire : Et si on offrait au monde une autre version de la Bat Israël ?

Etre une jeune femme Juive en 2013 c’est quoi ?

Plusieurs choix s’offrent à nous.L’adolescente Juive est avant tout une Bat Israël. Avant de devenir femme, elle a connu l’état de chrysalide. Elle grandit, évolue, partage, et apprend avec son coeur.L’on assiste ces cinq dernières années à un important mouvement de Techouva de la part des jeunes femmes Juives (de 15 à 25 ans) : conversion, retour vers des valeurs sures, recherche d’identité, soif d’apprendre le Judaïsme, soif aussi de se renforcer.

La Bat Israël redevient elle-meme !

Apres des années de débridage culturel et parfois moral, on assiste aussi au phénomène du « je reprend ma vie en main ». Comme la philosophie le décrivait à l’époque de Montesquieu : c’est le désenchantement du monde : lassitude des musiques (tous les grands chanteurs du monde h’ol tendent à disparaître et la musique se vulgarise avec des voix retouchées et des musiques électroniques vertigineuses) , tristesse des lieux de rencontre des ados et de la jeunesse Juive (meme si consistoire et communautés tentent de maladroites soirées , les cercles de rencontre restent claniques et ne cernent pas les réels besoins de la Jeunesse), perte des valeurs morales (on se maquille de plus en plus tôt, même combat pour les cigarettes et boites de nuit…). Résultat des courses : toujours les mêmes musiques, toujours les mêmes endroits , on prend les memes et on recommence …La jeune femme Juive dit non ! Parmi mes écoutes effectuées en France et ailleurs, les ados et futures jeunes femmes le clament : « si l’on étaient peut-être un peu plus religieuses, on rencontreraient notre mazal… » Effectivement , avoir 16 ans est aussi synonyme de remise en question. L’autre jour une jeune femme témoignait :  » en France je courais de clubs en soirées, persuadée que je me ferais remarqué par le prince charmant muni d’un gros portefeuille et d’une Maguen David * (étoile de David), j’ai vite fait le deuil de mes illusions, car l’odeur qui me collait à la peau à mon retour chez moi n’était pas celle de la demande en mariage, mais celle de la cigarette et de l’alcool ! » Certes la rédaction ne fera pas preuve de Manichéisme *(tout noir ou tout blanc pas de nuances) ça n’est pas parce que l’on vit dans une sphère UNIQUEMENT religieuse que l’on n’en sortira pas inconstant, mais avoir des repères aide pour savoir quel chemin prendre. C’est pourquoi le phénomène de Techouva (bh) n’est pas rare et s’amplifie bh ».

Le « no limit » : un réel danger pour la Bat Israël

J’encourage toute jeune femme dans son parcours à progresser pas à pas et non rapidement , et que cela s’entende la Tsniout est la révélation de votre âme Juive : prenez votre temps pour vous re-découvrir ! A ceux et celles  à qui cela pose problème je répond que confondre pratique de la religion et fanatisme est un témoignage d’une ignorance disproportionnée ! Le calcul est simple « si je sais d’où je viens, je sais ou je vais », le modèle « sans limites » (trop de maquillage, de marketing, de conso, de sorties, de dépenses, de m’as-tu vu …) que l’on vous vend est un mensonge acceptons les faits, il ne s’agit pas seulement de porter des jupes,dans les faits, il s’agit avant tout d’avoir des valeurs morales et de les défendre! Seul celui qui est capable de ramener dans sa vie un peu de ces racines Juives avancera . La jeune femme Juive a tout pour être belle, sereine, et évoluer dans un environnement un minimum Kadosh* (Saint), arrêtons donc de faire croire aux jeunes femmes qui démarrent leur vie que la vraie raison d’être c’est le nu, le libertinage (à D. ne plaise), la lingerie qui dépasse, la vulgarité dans les propos, la légèreté dans les mots…

Génération Techouva 

Encouragées par des cours sur Internet, une cousine un peu plus froum*(religieuse), des parents raisonnables, ou la rencontre d’un garçon pratiquant , on ne compte plus les raisons qui poussent la Bat Israël a multiplier ses efforts. Tristement, le développement de la Techouva (retour vers D. et la religion Juive, repentir) est accéléré par cette sensation que la fin des temps est proche. Encore une fois , il m’arrive souvent d’entendre sur les lèvres des nouvelles générations : « Le drame de la tuerie de Toulouse* (Otsar Hatorah- Mars 2012) m’a fait réfléchir, il est temps de revenir vers Hashem ou des innocents paieront le prix » .Des paroles d’une maturité exceptionnelle, qui pousse l’autre a découvrir ce qu’est la Tsniout, à prendre sur soi des heures pour ne pas faire de lachone ara, à multiplier les occasions d’assister à des cours de Torah : Bat Israël la révolution est en marche !

Tsniout Mag’ -Tous droits réservés – Reproduction interdite ®

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *