L’intuition feminine dans la Torah

Image 4Un article aujourd’hui consacré à ce que l’on nomme l’intuition féminine. On y croit ou l’on en doute toujours est il qu’un magazine féminin se penche et approfondi ce type d’interrogations. Ici en lien avec le judaïsme, nos connaissances et les fils directeurs de nos pensées. Nombreuses d’entre nous agissent encore parfois sous le coup de l’intuition et se demandent s’il faut en parler, continuer d’agir dans le silence et /ou savoir si s’y fier  (tout en restant évidemment une femme respectueuse de la Torah) est forcement une bonne chose ? Un brin psychologue la rédaction se penche sur le sujet et nous transporte au coeur du subconscient et de ses ramifications judaïques.

L’intuition c’est quoi

Sans rentrer dans des considérations d’ordre ésotériques que notre modeste niveau ne saurait approfondir l’on peut attribuer au champ lexical de l’intuition de nombreux mots clés, certains y voient de la prémonition, de nombreux autres de simples envies qui ont bien souvent un caractère impulsif. Non. il ne s’agit pas non plus de croire qu’agir sous le coup de l’intuition est un acte irréfléchi, mais comme de nombreuses femmes, même réfléchies, l’intuition touche  nos pôles émotifs. Grandes décisions de la vie ou simple envie de voyage ou d’achat « la sensation qu’il faut le faire » dépasse le reste. Hashem ouvre la voie a la femme, certaines rêvent d’une situation et même si l’expression « halom tov halom shalom » nous revient a l’esprit des le réveil, il n’en reste pas moins que ce dernier nous perturbe le reste de notre journée. Ainsi nombreuses sont les femmes à qui des événements divers se sont produits en lien avec une émotion ou intuition et qui le mettent en application dans leur vie. L’on décide de voyager la semaine prochaine à l’autre bout du pays chez une amie et l’on reçoit soudain un message de cette dernière qui nous explique que justement elle se trouve dans une période difficile et qu’elle a besoin de soutien.Les situations sont diverses et il ne s’agit pas de perdre du temps à y réfléchir des heures durant, se pencher quelques minutes sur la question suffit, et comme a chaque fois une cheela (question) à votre rabbanite peut aussi vous éclairer en la matière.

En terme scientifique notre cerveau est divisé en deux pôles le droite et le gauche. Le  pôle gauche en terme cognitif est un endroit où se place le raisonnement et l’entendement là où le cote droit est dirigé par nos instincts et nos émotions. L’on peut facilement expérimenter cela avec une touche d’humour, par exemple lorsque vous désirez expressément faire un achat et que votre pôle gauche du cerveau vient vous rappeler que ce mois si vous êtes à découvert (mdr). Vous comprenez bien là le rapprochement entre désirs et conflits de raison, il ne s’agit pas de balance entre le bien et le mal mais certainement plus de boussole entre raison et sentiments.

Intuition et judaïsme que dit la Torah

Dans la Torah il est dit « La femme est l’héritière du Dmouth force de l’intuition et du créatif », or nous savons que l’homme et la femme forment à eux deux un seul être. Mais chacun apporte de l’eau au moulin si je puis dire et Hashem nous a aussi créé comme deux entités à part entière c’est a dire ADAM. Lorsque l’on approfondi la racine du mot DMOUTH on se recompte qu’il est rattache au mot DIMION c’est a dire à l’imagination. Le mot Dmouth est rattaché à la femme, et le mot TSELEM à l’homme. TSELEM veut dire intelligence. Mais je vous voit deja entrain de grimacer devant vos écrans …Non cela ne veut pas dire que l’homme est intelligent et que la femme est un objet faible, sans raison et qui agit uniquement avec intuition. Cela veut dire qu’Hashem dans sa grandeur a offert deux types de maturité différente a l’un comme a l’autre et que ses deux formes de différences représentent une force qui font l’homme dans son ensemble (tout sexe confondu)

D’autant plus riche en débat il est dit que l’être humain a été crée « betsalmenou bedmoutenou » c’est à dire avec intelligence et intuition. L’on comprend tout aussi bien alors que l’un ne va pas sans l’autre et qu’afin qu’un homme soit en phase dans son couple avec son epouse il devra accepter la force intuitive de sa femme accompagnée de toutes les forces que le Tout Puissant a offert a cette dernière, plutôt que de se voir supérieur a elle sous prétexte qu’a LUI l’intelligence a été offerte !!! A bon entendeur donc…

La chlemoute de l’être humain (sa plénitude) n’a lieu d’être que si les forces offertes a l’un comme a l’autre sont maîtrisées et acceptées comme volonté de notre Createur, c’est ce qui fait le BEN ADAM et qui nous rappelle aussi notre attachement a Hashem et notre reconnaissance pour les dons dont Il nous a pourvu ! Commes nos Sages se plaisent a le préciser il n’existe pas d’hommes sans femme, ni de femme sans homme »

En ce qui concerne l’intuition féminine, elle est véritablement une force d’après nos Maîtres, cependant si cette force est présente en chacune de nous elle doit toujours être maîtrisée et utilisée a bon escient et de manière modérée. En effet l’on doit baser notre vie sur la première et unique vérité celle de notre Sainte Torah, si l’émotion est une clé elle n’ouvre pas non plus toutes les portes ne l’oublions pas ! En étant intuitive nos sages expliquent que nous sommes à la fois en possession d’un immense savoir, capable de porter en nous de grands secrets avant même que les hommes y aient réfléchis. Mais, toutes nos connaissances restent disons superficielles tant qu’elles ne se sont pas avérées vrai dans la vie de tous les jours…C’est une chose que de sentir qu’une fièvre chez un enfant est annonciateur d’une otite mais de la à en tomber malade toute une nuit d’inquiétude c’est une autre histoire. On confirmera alors nos doutes auprès du médecin et l’on verra alors si nos intuitions se dissipent après diagnostic ou s’ils s’étaient avères justes. Nous n’attribuons en aucun cas un aspect réducteur a l’intuition féminine qui comme relatée plus haut est avant tout une force, nous tentons simplement d’aplanir les angles afin de ne pas vivre en ne se fiant qu’à cette dernière.

Enfin et ce point est important la force de l’intuition doit aller de pair avec les principes fondamentaux de notre sainte Torah. L’intuiton coexiste et cohabite avec la recherche du EMET (vérité ), la vérité d’Hashem. Rêves prémonitoires, simples doutes, imaginaire ou réel tout est pour le bien si c’est avant tout la volonté du tout Puissant.

L’intuition féminine de nos jours

Nos convictions, nos doutes, nos envies son parfois marginalisées dans une société non juive basée sur le « rationnel », les gens presses, le monde qui tourne vite, le peu de temps pour la réflexion, le culte du « je ne crois qu’à ce que je vois » chez Oumot aolam* (les Nations du Monde) nous englobe parfois dans des phénomènes sociétaires ou l’on oubli  de se fier à nos sentiments caches par peur d’être railler. C’est ainsi que la Torah nous rappelle à nous, femmes de ce monde, la force qui nous a été offerte par notre Puissant Createur. Et puis peurs enfouies ou secret a maturité nulle n’est obligée de raconter les choses incroyables dont elle est capable. De nombreuses rabbanites ont et avaient la nevoua à un degré moindre (prophétie) cependant a moins de se confier à quelques maitres en Torah dont elles se savaient proches, elles tachaient de rester discrètes. Certaines ont le don de prémonition et voient même de grands tsadikims les visiter en rêves, elles s’abstiennent par tsniout de le relater au reste du monde meme si cela a des conséquences sur le futur, car quelles que soient les forces dont Hashem nous aient dote elles restent toujours liées a notre créateur, et les voies de la verite ne se révèlent véritablement que si l’on garde a l’esprit que l’unique vérité est détenue par Hashem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *