Couple : Faire techouva main dans la main

Le progrès, le désir de changer, d’évoluer, de sans cesse s’améliorer est une constante de l’Homme. En marketing les analystes classeraient ce besoin dans la catégorie : « estime de soi ».Le Judaïsme lui, offre à tout homme et toute femme qui le désire la possibilité de grandir en Torah ou simplement de se rapprocher d’Hashem en se renforçant par la religion, pour cette démarche pas de « classification » chacun agit avec son libre arbitre devant Hashem. Cette démarche se nomme « Techouva » meme si la définition de cette dernière est bien loin de se résumer en quelques mots. Perspective d’un retour aux sources par le désir de prendre sur soi une  ou plusieurs Loi de la Torah (ex. le respect du Shabbat) à un stade de sa vie où l’on se sent « prêt » et où l’on désire apprendre, comprendre, et quelque part aussi exprimer (encore plus qu’avant) notre gratitude envers le Tout Puissant. Il n’est nul besoin de créer des cases, car la religion se vit avant tout dans le coeur. Chacun vit sa religion à un degré différent (la techouva elle-meme se ressent à divers niveaux). L’essentiel est de se sentir Juif et bien dans son judaïsme. Une seule question: qu’en est-il de la Techouva au sein du couple ? Faire techouva main dans la main est chose importante. Mais comment vivre son judaïsme lorsque l’un des deux conjoint avance plus vite que l’autre ? Que l’un des deux fait un rejet conscient ou inconscient de ce changement ? Comment aborder le sujet en éliminant les éventuelles frustrations qui s’y rattachent ?

Techouva et couple : le dialogue amorce les mauvaises surprises

La première chose qu’il est important de prendre en compte ce sont aussi les sentiments de son prochain, qui plus est ici, en matière de shalom bayit* (harmonie et paix du foyer Juif). Que vous désiriez vous rapprocher d’Hashem est une chose magnifique, mais n’oubliez pas que bien que cette démarche paraisse très personnelle de prime abord, vous êtes marié(e) et toute grande décision mérite réflexion auprès de votre moitié. La meilleure manière de partager les bienfaits d’une Techouva est de montrer avec délicatesse à son époux ou épouse à quelle point notre vie nouvelle nous comble et nous empli le coeur de joie. La Techouva doit toujours être une approche d’amour et non un lourd tribu que l’on impose à son second. En effet des grands maîtres de la Hassidout expliquaient que la Techouva au-delà d’être l’oeuvre d’Un seul Homme est un travail collectif, celui du Peuple Juif. Le dialogue invite l’autre à l’écoute, à la compréhension. Baruh Hashem bon nombre de personnes en phase de Techouva sont extrêmement zélées et veulent apprendre beaucoup et grandir vite. Cependant dans votre course effrénée n’oubliez jamais que vous n’êtes pas seul et ne jetez pas (si je puis dire) votre fougue au visage de celui ou celle qui ne comprend pas encore d’où vient ce changement. Comme pour paraphraser un Rav que j’affectionne pour sa droiture et ses leçons de Shalom Bayit :  » se souvenir d’où l’on vient c’est savoir où l’on va », donc tachez de vous en rappeler en jugeant l’autre favorablement…

La Techouva comme Avraham Avinou

« L’Eternel dit à Avraham: Quitte ton pays, le lieu de ta naissance et la maison de ton père et va au pays que Je t’indiquerai. Je te ferai devenir une grande nation, Je te bénirai, Je rendrai ton nom glorieux, et tu seras pour tous une bénédiction » Beeréchit. Quoi de plus enrichissant pour un homme Juif que de donner l’envie à l’autre de progresser à ses cotés ? Ici Tsniout Mag’ cite le Tanar afin que chacun sache que toute démarche de Techouva s’appuie avant tout sur la sagesse de nos pères. Ces grands hommes de la Torah, ces Tsadikims qui passèrent des siècles avant nous, et qui abandonnèrent tout pour le service d’Hashem. Attention, l’exemple à retenir lorsque je vous parle de notre père Avraham, ca n’est pas uniquement cette démarche de retour vers Hashem, mais avant tout l’amour et la crainte du Tout Puissant, le sacrifice fait (Il obéit à D. qui lui ordonna de quitter la maison de son père, son pays, ses attaches). Et le plus beau à retenir, et ceci doit vous servir (nous servir) dans nos vies en mode Techouva (Peu importe le niveau ) c’est surtout l’amour du prochain dont faisait preuve ce dernier.

Pourquoi cette approche ? Afin que vous compreniez que la façon dont vous apporterez votre Techouva au coeur du couple ne peut être que bénéfique à condition que cela se fasse dans la joie, l’amour du prochain, la dévotion. A condition que votre passé ne soit pas effacé comme une vulgaire pièce rapportée. A condition que l’autre ne vive pas votre avancée religieuse « en coulisses », ou ne se sente désormais inutile ou appartenant à de l’histoire ancienne. Car si il ne vous sera pas toujours aisé de rallier votre époux/se à vos convictions, il sera toujours plus simple de lui « donner envie » en exprimant douceur, gentillesse et explications. On obtient rien par la force surtout dans ce domaine !

Souvenez vous que la fin des temps sera synonyme de repentir et d’un retour total vers Hashem. C’est par le mérite d’Avraham Avinou que nous serons méritant à notre tour. C’est en tirant un enseignement de Son propre enseignement que la Techouva sera conjuguée au pluriel universel.

Notre techouva ne doit pas être source de crainte pour l’autre. Il faut (essayer) d’inspirer l’envie et non le rejet.

La techouva ne doit jamais virer au fanatisme

Quelle que soit votre niveau, le stade où vous en êtes, les Lois de la Torah que vous prenez sur vous de respecter, Kol Hakavod. La Techouva fait parfois des envieux (oui même dans les couples…) La Techouva laisse malgré elle certains blancs, des non-dits, des incompréhensions. Alors, lorsque vous ramenez au foyer votre bagage de Torah, tentez de ne pas brusquer l’autre. Vous goûterez bien souvent aux difficultés dans vos entreprises (incompréhension de l’entourage, critique, éloignement…) sachez encore une fois juger positivement. Ne vous appropriez as la religion comme un moyen d’affirmer une pseudo supériorité, surtout pas ! Devant Hashem nous sommes tout égaux et le chemin est long avant que la Techouva soit jugée sincère , c’est un travail du quotidien et de longue haleine. Il serait donc dommage de vous mettre à dos la seule personne qui a construit à vos cotés un foyer Juif de lumière.

Ne vous faites donc pas plus Rav que le Rav. Lorsque vous expliquez un choix sachez mettre de la Anava (modestie) dans vos propos. Evitez les tons paternalistes et les vexations en tout genre. Exemple « Tu devrais porte des jupes, tu vois bien que tes pantalons me font honte devant les gens de la communauté »…Hasvechalom. Certes il est important qu’une femme respecte la Tsniout, mais ATTENDEZ ,chacun doit vivre la religion avec ses outils en mains et ses capacités, chacun avance le coeur propre et à son rythme ! C’est l’amour que vous porterez à votre conjoint qui lui donnera confiance et envie. Il sera fière de vous et un jour peut-être aura envie de vous ressembler. Le Mieux est parfois l’ennemi du bien. Avancer pas à pas même si le quotidien n’est pas toujours facile à gérer ou digérer…

Tsniout Mag’ -Tous droits réservés – Reproduction interdite ®   

 

 

2 thoughts on “Couple : Faire techouva main dans la main”

  1. valnizard says:

    Tres bel article qui me parle beaucoup .Mais justement comment doit on faire qd nitre conjoint n avance pas meme recule cachetout fumer shabbath doit on faire marche arriere dans la techouvat ?
    Merci de votre reponse pour trouver des pistes
    Chavoua tov

    1. admin says:

      Dans un premier temps, félicitation pour votre techouva, souvent les premiers pas sont les plus complexes. Etant donné cet état de fait et même si votre conjoint n’a pas encore réussi à « passer le cap », vous de votre côté, vous avez réfléchi, travaillé sur vous et fourni des efforts pour y arriver donc il ne faut surtout pas régresser même si votre environnement n’est pas propice à cette évolution.

      Pour ce qui est de votre conjoint, sachez que le mieux à faire est de l’aider à vous rattraper. Pour cela il ne faudra jamais lui imposer quoique ce soit. Encore moins avoir de l’agressivité pour imposer votre « nouvelle façon de vivre » car cela pourrait entraîner l’effet inverse et conduire votre conjoint à rejeter en bloc toute progression spirituelle.

      L’idéal serait de régulièrement expliquer calmement chaque chose que vous faites et pourquoi vous les faites afin que votre conjoint comprenne chaque évolution et le pourquoi de cette dernière car si vous ne passez pas par cette étape, votre conjoint risque de vous suivre « par amour » et non parce qu’il pense que c’est le vrai et seul chemin qu’il faut suivre.

      En revanche, avant d’arriver à cette plénitude spirituelle, vous risquez d’être confronté à un problème de taille qui est les différences de niveau sur le respect des lois de pureté familiale. Le mieux serait d’évoquer cela avec un Rav qui vous dira comment agir au mieux et dans le respect de la halakha sans rejeter votre conjoint et sans assombrir votre Shalom Bayit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *