Amitié homme-femme et Tsniout : que penser ?

Avec l’hiver qui est là, le froid bien installé, la vie qui suit son cours dans le meilleur des chemins… arrivent aussi les pensées et les revenants. Vous me direz : voici un début de phrase bien confus ! Je m’explique : n’avez-vous jamais remarqué comment certaines personnes qui ont pourtant disparues de votre vie depuis plusieurs années réapparaissent comme par enchantement ? Voici donc les fameux revenants auxquels je faisais gentiment allusion en début d’intro…En effet, vous voila en shidou’h, dans une relation religieusement investie, fiancée ou pire encore mariée quand soudain : l’ami(e) refait surface ! Seulement voilà, aujourd’hui en plus d’être engagé(e), vous êtes soit très pratiquant soit religieux. Que penser alors des relations « d’amitié » et des rapports à entretenir pour ne pas franchir les limites du yestser ara, et respecter votre conjoint(e). Comment faire comprendre aux anciens ami(e)s ou petit(e)s ami(e)s qui eux ne sont pas religieux, que cette relation « amicale » entre un homme et une femme pose problème ?

Le premier cas de figure : l’ex ou ami(e) qui revient à la charge l’air de rien

Qu’on se le dise bien, vous connaissez à présent Tsniout Mag’, qui est BH un magazine religieux. Cependant pour rentrer plus en profondeur dans certaines explications, il convient parfois de faire un retour dans le passé. Dans un monde Juif non-religieux, la Tsniout c’est un mot que l’on entend et bien souvent que l’on respecte, mais soyons franc, bien souvent c’est aussi un mot qui laisse indifférent. Cette catégorie de personnes pose problème lorsque par le passé vous Homme ou Femme entreteniez une relation d’amitié avec Elle ou Lui. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous assistons ces derniers temps à une explosion d’éthique très libérale, ou finalement imiter le non-Juif devient une mode (lo aléinou). Alors allons-y pour les avérotes (les interdits de la Torah) le concubinage par-ci, le libertinage par là, ne nous voilons pas la face : le manque d’éducation, les mauvaises fréquentations, les moeurs légères que l’on rencontre parfois dans le monde occidental non-Juif ne sont pas sans répercutions pour Nous, Juifs. Bien sûr n’exagérons rien, BH les valeurs restent encore (un peu) conservées, mais là ou il y a peu de religion, qu’on se le dise : il y a peu de limites. Résultats qui sait ce que la ou le pseudo meilleur ami du passé pouvait réellement ressentir pour vous à l’époque ? Et même éloigné de toute pensée paranoïaque, qui sait si son retour dans votre vie, à présent que votre vie religieuse et conjugale se solidifie aux cotés d’un(e) merveilleux conjoint(e) est forcément dénué d’arrières pensées ?

En effet, j’ai recueilli de récents témoignages de jeunes femmes religieuses qui avaient fait téshouva en même temps que leur mari, et qui étaient hors d’elles. Pourquoi cela ? En effet, il n’est pas rare d’entendre des récits de femmes qui reviennent à la charge après avoir entendu qu’un homme se mariait ou se fiançait. Et de toute évidence cela se passe dans les deux sexes. Il faut jongler avec les midotes et garder son calme, gérer la situation avec le conjoint (ou shidou’h) en expliquant à « l’ami(e) » en question que le temps a passé et que religieusement il n’est plus question pour vous de rétrograder. Construire son avenir avec la femme de sa vie c’est aussi faire des choix et ne rien cacher à cette dernière (et inversement pour une femme). Je le répète à ceux qui le vivent ou l’ont vécu : celui qui revient doit passer son chemin, l’eau a coulé sous les ponts, et votre Tsniout ne vous permet plus d’aller « boire des verres » ou même d’entretenir une relation téléphonique autre qu’avec le ou la fiancée / épouse (et inversement).

Deuxième cas : les curieux ou les curieuses qui redébarquent miraculeusement

Vous avez annoncé votre mariage à une ribambelle de meilleurs amis du sexe opposé et du jour au lendemain ils ont disparu sans donner de nouvelles ? Ce paragraphe est pour vous ! Et oui il n’est pas rare de constater de nombreux cas, où à l’annonce de votre joie le sexe opposé se comporte étrangement. Le meilleur ou la meilleure amie qui a longtemps pleuré sur votre épaule se découvre une soudaine passion pour vous, et devient vert(e) de jalousie à l’annonce du mariage. Le temps passe, il/elle est encore seule alors que vous avancez dans votre vie… Méfiez-vous, les gens qui vous aiment seront forcément là pour vous épauler lors de vos grands événements (les absents généralement on les retient). J’ai toujours émis de larges doutes concernant certaines amitiés hommes/femmes , mais là je vous le dit, si la personne disparaît (sauf cas d’urgence rare) : il y a un hic ! Donc si jamais l’homme ou la femme invisible réapparaît pour que vous lui présentiez votre femme / mari quelques années plus tard (sauf cas de force majeure qui aurait justifié son absence) soyez ferme : dites NON ! Le shalom Bayit est assez difficile à ménager pour se rajouter des poids du passé qui sont inutiles ! La Tsniout avant tout pour des raisons de marit ayin, il est absolument impensable que vous rencontriez le sexe opposé sans votre conjoint(e) à vos cotés. Les gens ne le comprennent pas ? Ne faites pas trop d’efforts, conservez votre Dere’h Erets, et suivez la route qui est la votre, car après tout ce temps sans donner de nouvelles vous n’avez pas à vous justifier.

Pour vous dire les choses telles que je les vois : une amitié homme-femme n’est jamais basée sur des suppositions, mais plutôt sur certaines convictions. Etre un homme Juif dans ce monde, c’est vouloir le meilleur toujours en accord avec les lois d’Hashem. Ne rendez pas invivable votre quotidien juste pour donner du crédit à une ancienne relation. Aujourd’hui vous voila marié(e) et religieux, souhaitez le meilleur au monde qui vous entoure, mais n’oubliez pas d’en garder une part pour vous. Ce qui compte le plus c’est la lumière de votre couple. Les gens qui ne partagent pas vos opinions de Tsniout ne comprendront jamais ce qu’aller boire un verre ou « se voir seul » comporte de grave. Celui qui a besoin de se confier ira trouver une épaule compatissante « libre » ailleurs, plutôt que de convoiter ce qui appartient à autrui. Préserver l’équilibre du couple c’est aussi préserver l’équilibre de la Tsniout…ne l’oubliez pas. Nous ne sommes pas paranoïaques : nous sommes simplement Juifs et nous marchons droit !


19 thoughts on “Amitié homme-femme et Tsniout : que penser ?”

  1. Sarah Revital.M says:

    BRAVO … TOUT EST DIT …absolument d’accord avec toi ma Audelia:) bisous CHABAT SHALOM /

  2. simha says:

    entierement daccord avec vous vraiment chapeau

    1. Audelia B. says:

      Bienvenue sur Tsniout Mag’ chere Sim’ha

  3. sandrine says:

    il peut y avoir des amities indepedemment du sexe puisque justement il s agit de relations dans lesquelles le sexe n intervient pas. mais ca demande la plus grande prudence et surtout l honnetete de garder la bonne distance…cela dit, c est vecteur de rivalites et de jalousies et donc ca pose vite probleme! Pas d histoire d ex qui revient a la charge comme si de rien n etait! pas de copain qui passe justement par hasard, quand il n y a personne! mais il reste les lieux publiques ou les enfants qui naturellement eviteront toute manifestation incongrue.
    Il y a toujours un peu de seduction dans l amitie…ca fait partie du jeu des rapprochements…mais soyons lucides et fuyons les pseudos- sympas -tres ouverts- maries -qui discutent avec ces demoiselles sur facebook pendant que madame fait la popote! ca vous rappelle quelqu un?

    1. Rivka says:

      LOL! Jaime bien la fin de ton commentaire!

    2. Audelia B. says:

      Je suis tout à fait d’accord avec ton point de vue ma Sandrine.

  4. Rivka says:

    A partir du moment ou il est clair que l’homme
    doit limiter les conversations aver une femme
    -qui plus est mariee-, il est clair qu’une femme mariee
    ne peut entretenir cette relation damitie kavec son propre
    mari et qu’une relation damitie ho-fe autre le celle la na pas
    sa place et ne peut que nuire au couple

  5. Bettina says:

    J’avoue être assez sceptique sur ce sujet… Je suis d’accord avec ce que tu dis dans ton article, mais pour autant, je crois qu’une amitié homme/femme peut exister. Bh je suis bientôt fiancée, et je respecte au maximum de mes possibilités la Tsniout. Si je devais faire le tour de mon cercle amical, je compterais 3 garçons. Il est bien évident que s’il y avait un choix à faire, entre préserver une amitié ou préserver mon couple, je sauverai mon couple envers et contre tout. Mais, mon fiancé connaît mes amis, deux d’entre eux sont ses amis également… Et je pense sincèrement qu’une amitié peut être envisagée et très bien vécue si les deux parties se respectent. Lorsque l’un de mes amis a besoin d’un conseil ou a simplement envie de partager une joie ou un moment de peine, je ne peux pas imaginer ne pas lui prêter une oreille attentive. Ils font partie de ma vie aussi, et tout est clair, je suis promise à un homme, certains d’entre eux sont également engagés et sDv bientôt mariés, et nous ne souhaitons rien d’autre que de pouvoir venir danser et réjouir les mariés d’un côté ou de l’autre. Notre amitié dure depuis plus de cinq ans maintenant, sans qu’il n’y ait jamais eu de geste déplacé, ou un mot dit de travers. L’amitié est une chose rare et précieuse si l’on sait lui accorder la place qui lui est réservée. Il ne me viendrait pas à l’idée de cacher à mon homme que j’ai discuté avec untel ou untel. Je vous paraît peut être bien naïve, mais pourtant j’y crois… Avoir de véritables amis, qui sont là dans les bons comme les mauvais moments, qui respectent notre choix de vie, ne s’immiscent pas dans notre vie de couple, et acceptent que nous ne les touchions pas s’ils ne sont pas eux-mêmes chomrei neguia, est un véritable don d’Hachem.
    Tirer un trait sur une amitié parce qu’on devient une femme mariée ou parce que l’on est religieuse… Ne peut-on pas être religieuse, respectueuse de toutes les règles de tsniout et être amie avec le sexe opposé ? Je ne sais pas… J’ai vraiment du mal…
    Je crois en ces sentiments purs de toute arrière pensée, en ces relations où l’on ne cherche pas à retirer quoi que ce soit de l’autre. Où l’on ne veut qu’être amis, et rien d’autre.

    1. Rivka says:

      peut-etre que c envisageable, mais a mon avis uniquement si lami en question ne nous plait pas physiquement

      1. Bettina says:

        Pourquoi ?? Tu penses vraiment qu’il est impossible de construire une relation sans imaginer l’autre autrement que comme un ami, sous prétexte qu’il est bien fait de sa personne…?

        1. Audelia B. says:

          Pas si les limites sont bien définies et que la personne connaît ton conjoint.

        2. Rivka says:

          je pense que nous – êtres humains – sommes faibles. comme le dit le Rav Benchetrit: les yeux voient, le coeur ressent et le corps fait les choses. je crois que les discussions trop poussées avec une personne du sexe oppose, peut importe dailleurs s’il connait mon conjoint ou pas car le fait qu’il le connaisse ne change rien, n’ont pas leur place une fois qu’on est marie. L’oeil, ce sont les regards, la ou tu poses tes yeux, tu vois des choses qui rentrent ds ta tête, et tu ne sais jamais a quel moment ses images vont d’un coup te revenir a l’esprit, ca peut être a un moment vraiment inattendu et sans aucune kavana de ta part! le truc c’est qu’on ne contrôle pas nos pensées, on ne contrôle pas cette banque d’image kon a ds notre tête; et les discussions avec quelqu’un du sexe oppose = des images de cette personne dans ta tête. D’après moi au lieu de dépenser notre énergie a nous investir ds des amitiés, définir des barrières etc… le mieux est de travailler sur notre relation avec notre conjoint, de travailler a être des « amis aimes » (Reyim ahouvim), c’est cette relation la qui est la plus importante.

          1. Audelia B. says:

            C’est une belle et honnête réponse

    2. Audelia B. says:

      Attention de ne pas se méprendre. Il n’y a pas vraiment de quoi être sceptique. Premièrement comme tu es une fidele lectrice, tu sais que l’on ne peut pas lire l’article en diagonale et en faire une interprétation unique. Tu parles d’amis qui sont avant tout des amis de ton fiancé. Ce n’est donc sans aucuns rapports avec le sujets de mon article, qui traite deux types d’amitiés dite « problématiques ». Lorsque j’écoute ton récit, je comprend beaucoup de choses que je respecte, mais attention ma belle, tu n’es pas encore mariée. Le jour ou l’on se marie (be chaa tova bh ») beaucoup de ton environnement change, les rabbanims appuient sur le fait que l’on préserve son couple en apprenant à se faire discret et en se montrant moins en public (même en couple) avec trop d’amis (tout sexe confondu). Car il faut préserver l’intimité du couple, c’est pourquoi, ce qu’il se passe lorsque l’on est célibataire meme fiancée, n’a pas lieu d’etre lorsque l’on est marié. Bien sur on sort, bien sur on se détend, on va au resto, on s’invite pour shabbat, mais cela reste discret et limité. D’autre part lorsque l’on connaît une personne depuis quelques années, et que chacun connait ses limites , il n’y a pas de problèmes véritables tu comprend ? Car les choses sont claires des deux cotés. Ton cas ne rentre pas vraiment en ligne de compte Bettina, tu les connais, ils sont amis de ton fiancé : donc c’est au contraire une tres belle relation. Mais attention restons proche de la réalité Betti toutes les relations amicales du monde ne sont pas aussi « pures » que tu peux le croire. Enfin lorsque je parle de tirer un trait je parle de cas particuliers (commes des gens qui disparaissent et réapparaissent) pas de personnes qui te soutiennent. Donc merci de relire l’article, pour une nouvelle interprétation, car l’idée que tu en as, n’est pas celle que je véhicule.

      Kol touv Bettina et merci de ta présence et de tes commentaires !

  6. Bettina says:

    Merci de ta réponse Audélia, 🙂 J’ai bien compris ton article, et les deux « amitiés » dont tu parlais. Je répondais d’avantage aux commentaires (et à ceux que j’avais lu sur facebook) en réalité. J’espère pouvoir très vite te donner des nouvelles une fois mariée !!!! 🙂
    Merci à toi de tout ce que tu nous apprends et donne à réfléchir !! 🙂

  7. sandrine says:

    je veux juste temoigner de mon experience: mon metier en France m amenait a avoir des entretiens prives avec les gens sur des sujets parfois tres prives.il est arrive que ces entretiens aient lieu au telephone et vu que c etait tres intime, je ne pouvais pas en parler meme a mon mari…
    et bien il est fondamental de se preserver de tout passage a l acte- meme une tape sur l epaule!- en etablissant un cadre strict et en s y tenant.
    En effet, non pas que l empathie et l amitie ne soient pas possibles, mais l etre humain ayant une propansion naturelle a s attacher, il faut savoir qu on marche sur des oeufs!
    j ai personnellement des amis auxquels je suis tres attachee et mon mari le sait, les connait, ne les apprecie pas forcement, mais je veille a preserver cette amitie en ne la melant a rien d autre… l amitie ne doit rien ni jamais se meler a autre chose.

  8. abehsira says:

    Kol akavod ca fait du bien de le lire!!!

  9. Guez says:

    Bravo , très bon rédactionnel Pour ma part divorcée je dirai que l amitier entre un homme et une femme est pur mensonge au fond du cœur d un des deux il y a une attirance. Et être ami avec le sexe oppose quand on est marier ne sert à rien puisque son meilleur ami doit être son conjoint béat slara à tous et encore merci pour cette article

    1. Audelia B. says:

      Merci pour ce commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *